Pour obtenir des informations sur une zone non couverte dans le cadre d'un jeu collaboratif à fins scientifiques ou un réseau participatif, Crowd Soft Control incite une personne à proximité à s'y rendre, contre récompense.

Pour récolter des données, il faut guider et divertir l'utilisateur

La limite des réseaux sociaux et jeux basés sur la géolocalisation est l'absence d'intérêt de ses membres : si personne ne se rend dans une zone, aucune information ne pourra en être tirée. La solution pour des chercheurs* de l'université de Northwestern : il faut inciter les utilisateurs. Pour cela, ils ont mis au point Crowd Soft Control (CSC), un système permettant de déterminer les endroits à compléter puis de localiser les personnes les plus proches pour leur proposer de s'y rendre. Puis de leur donner la possibilité de compléter la tâche par le biais de son mobile, contre récompense. Le système est composé de trois éléments. D'abord, un service en réseau qui soumet des requêtes à assigner aux appareils mobiles des utilisateurs. Ensuite, les appareils des utilisateurs qui acceptent des requêtes. Enfin, CSC Manager, le système développé pour assigner les requêtes à des appareils mobiles.

Faire se rencontrer informations et utilisateurs de smartphones

Pour leurs essais, les chercheurs ont soumis des requêtes comme la définition de zones géographiques ou bien aller mesurer le niveau de bruit via mobile. Une fois ces requêtes soumises, CSC, qui possède une base de données de smartphones géolocalisés, définit le mieux placé pour aller calculer le bruit d'une zone définie. Pour se faire, CSC prend en considération deux types d'informations. D'abord, les capacités techniques de l'appareil mobile pour savoir s'il peut remplir la tâche. Ensuite, la localisation spatio-temporelle de l'appareil pour définir le smartphone le plus proche de la zone à couvrir. Une fois que le système a défini l'appareil le plus adapté pour remplir la requête, CSC envoie, grâce au réseau mobile et Internet, la requête à son utilisateur. "Des incitations comme les réseaux sociaux ou les jeux sociaux permettent de conduire les utilisateurs là où nous le voulons", explique Fabian Bustamante, l'un des participants au projet.

Incitation et anonymat

Car il ne suffit pas de développer un système technique pour que celui-ci fonctionne. En effet, il faut trouver un moyen de pousser les détenteurs de smartphones à remplir la tâche demandée voire à dévier légèrement de leur itinéraire initial. Pour maximiser l'envie de participer, il faut donc prendre en compte deux critères. D'abord, la nécessaire incitation par le jeu ou sur un réseau social, par exemple en offrant au possesseur de smartphone à qui l'on demande de récolter des informations des points à cumuler permettant d'accéder à des offres. Ensuite, la sécurité des données de l'utilisateur. Car "évidemment les utilisateurs ont besoin de savoir où vont leurs données", ajoute Fabian Bustamante. C'est pourquoi CSC, qui récolte des informations sur les différents appareils mobiles, attribue à chacun d'entre eux un identifiant, permettant de ne pas divulguer les données auprès des acteurs recourant au système.

*John Rula et Fabian Bustamante