pratiquement achevée. Bernard Bourigeaud, le président du directoire affirme que "le rapprochement s'est globalement bien passé". La simplification juridique des structures est en train de se finali...

pratiquement achevée. Bernard Bourigeaud, le président du directoire affirme que "le rapprochement s'est globalement bien passé". La simplification juridique des structures est en train de se finaliser. 150 millions de F sur les 500 millions d'actifs non stratégiques ont déjà été cédés, notamment la personnalisation des chèques "une bonne partie des cessions sera réalisée d'ici la fin de l'année". Son objectif est d'atteindre un chiffre d'affaires de 6,3 milliards de F, ainsi qu'un bénéfice après une provision de 370 millions de F pour les frais de rapprochement. Leader pour les applications bancaires, Atos va accentuer ses efforts dans les télécommunications. D'ici trois ans, ce domaine devrait représenter près du quart de son activité globale. Déjà bien implanté dans le multimédia, le groupe donne aussi la priorité aux prestations de type billetterie électronique et aux applications de santé. Cinquième SSII en Europe derrière IBM, Cap Gemini, Sema Group et Andersen Consulting, Atos veut accroître sa trop faible présence actuelle à l'international "les ventes à l'étranger devraient représenter la moitié de notre activité totale vers l'an 2000, contre moins du tiers aujourd'hui". Le poids de l'Allemagne devrait doubler à deux milliards de F, niveau également fixé pour la Grande-Bretagne. Pour accélérer son implantation, Atos, qui dispose des moyens financiers nécessaires, est prêt à effectuer des acquisitions. (Le Figaro Economie - 13/10/1997)