''Après la crise sévère du secteur des technologies de l'information et de la communication, la dynamique de l'innovation en France se ranime''. C'est avec cette phrase que le Service des études...

"Après la crise sévère du secteur des technologies de l'information et de la communication, la dynamique de l'innovation en France se ranime". C'est avec cette phrase que le Service des études et des statistiques industrielles (Sessi) introduit son tableau de bord de l'innovation en France couvrant le premier semestre 2004. Sur cette période, les investissements en capital-risque ont crû de 23 % par rapport à la période de référence en 2003, pour atteindre 193 millions d'euros .
Le nombre de créations d'entreprises ex nihilo a progressé de 35 %, pour atteindre 6 056 nouvelles entreprises créées au premier semestre 2004, contre 4 477 au premier semestre 2003. Les trois quarts des créations d'entreprises technologiques nouvelles ont eu lieu dans le secteur des services informatiques (4200 nouvelles entreprises, en progression de 39 % par rapport à la même période de l'année 2003). Par rapport à l'ensemble des secteurs, la part des créations pures d'entreprises technologiquement innovantes augmente : elle passe de 4,4 % en juin 2003 à 4,9 % en juin 2004 .
L'emploi...
Au premier semestre 2004, les effectifs salariés dans l'ensemble des secteurs technologiquement innovants s'élèvent à 1,6 million de salariés . Ils sont en recul de 0,2 % par rapport au semestre précédent. La diminution du nombre d'emplois se calme donc, puisque cette baisse avait été estimée à - 1,2 % sur l'ensemble de l'année 2003. Sur une période d'un an, entre juin 2003 et juin 2004, la baisse des effectifs salariés dans les secteurs technologiquement innovants s'est limitée à environ 8 900 emplois (soit -0,6 %), alors que la baisse avait atteint près de 19 000 emplois (-1,2 %) sur l'ensemble de l'année 2003.
Les technologies...
Du côté des brevets , le nombre de demandes d'origine française et déposées à l'Inpi augmente de + 4,2 % et s'élève à 6237 , contre 5 984 au premier semestre 2003. Le nombre de demandes de brevets européens qui sont d'origine française connaît une forte hausse (+ 15 %) par rapport aux mêmes demandes publiées au premier semestre 2003. Le Sessi souligne que cette croissance est plus marquée que celle des demandes publiées de brevets européens d'origine allemande (+ 6,8 %) et britannique (+ 2,1 %).
Au premier semestre 2004, un peu plus du tiers des demandes déposées à l'Inpi ont concerné les domaines de l'électronique-électricité et de la chimie-pharmacie. Les demandes dans le secteur des télécommunications ont baissé de 5,4 %, tandis que le domaine de l'informatique est passé par une hausse de 7,5 %.
Demandes de brevets publiées par domaine technologique
Chiffre d'affaires...
En termes de chiffres d'affaires , c'est l'industrie informatique qui a connu la plus forte reprise (+ 24 % en valeur). Ce redémarrage repose surtout sur l'engouement pour le micro-ordinateur portable , selon le Sessi, tandis que l'indice du chiffre d'affaires connaît une progression modérée (+2,6 %) dans le secteur des équipements de communication (composants, télécommunications, télévision et radio).
Entre juin 2003 et juin 2004, les ventes de micro-ordinateurs aux entreprises et aux ménages se sont élevées à 5,3 millions d'unités, confirmant le retour à la croissance du marché (+ 8 %), après deux années de stagnation, voire de baisse. Au premier semestre 2004, les ventes totales de micro-ordinateurs ont progressé de 18 % par rapport au même semestre de l'année précédente. Ce sont surtout les ventes de micro-ordinateurs au grand public qui ont retrouvé leur dynamisme (+ 42 %), avec un nombre de ventes qui atteint 1,8 million sur une période d'un an. Les ventes aux entreprises n'ont augmenté que modérément (+ 8 %) par rapport au premier semestre 2003.
(Atelier groupe BNP Paribas - 08/04/2005)