ResearchGate apporte aux chercheurs des outils collaboratifs pour casser les silos qui existent dans la profession et faciliter les échanges à l’international.

ResearchGate entend sortir la recherche scientifique de sa tour d’ivoire

 

La recherche est un monde dont les frontières internes comme externes sont souvent difficile à franchir. Alors que les chercheurs gagneraient à davantage d’échanges sur leurs sujets d’étude, et également à pouvoir mettre plus en valeur leurs travaux, cela est souvent rendu difficile par un manque de collaboration entre les instituts ou universités dans lesquels ces derniers évoluent. Une situation que ResearchGate compte bien améliorer en redonnant la main aux chercheurs eux-mêmes. ResearchGate est une plateforme collaborative créée par des chercheurs et qui leur permet de gagner en visibilité en les connectant, en leur permettant de publier leurs travaux ou encore d’échanger dessus. Ce projet créé en 2008 semble séduire et vouloir se développer puisque il a récemment trouvé des investisseurs généreux à hauteur de 35 millions de dollars, notamment en la personne de Bill Gates et Tenaya Capital.

Collaboration scientifique: supprimer les redondances pour une recherche plus riche

La plateforme combine plusieurs rubriques qui contribuent toutes à encourager l’échange, la promotion des travaux d’étude, et comme l’explique Ijad Madisch, co-fondateur et CEO de ResearchGate, à réduire la redondance des travaux. Cette redondance est reconnue comme étant un des plus grands problèmes du monde de la recherche, et une entrave à l’innovation et à la découverte scientifique. ResearchGate permet aux chercheurs de partager leurs publications et également d’accéder aux millions disponibles sur la plateforme. Les utilisateurs peuvent aussi obtenir des statistiques sur le nombre de vues, de téléchargements ou de commentaires qui ont été publiés sur leur travail, échanger avec leurs pairs ou des spécialistes dans leur domaine, et ainsi de se poser des questions pour enrichir leurs problèmes respectifs. Une section permet même de trouver des opportunités de travail en fonction de son domaine de recherche. La plateforme compte déjà plus de 3 millions de membres.

Ouvrir le monde de la recherche

En encourageant les professionnels à s’ouvrir davantage aux autres laboratoires pour leurs propres travaux, ResearchGate entend accélérer le progrès scientifique. Ijad Madisch, PDG de l’entreprise, a ainsi déclaré que leur dernière levée de fonds, qui fait suite à une série A et une série B en 2010 et 2012, servirait trois objectifs majeurs. Tout d’abord, comme le dit Madisch, “contribuer à libérer le savoir de sa tour d’ivoire, le numériser et le rendre accessible à tous, afin d’accélérer le progrès scientifique.” Il s’agit ensuite de renforcer visiblité et réputation scientifique des chercheurs, et de créer une interface de programmation afin que chacun puisse développer des applications utiles pour la collaboration entre scientifiques. Enfin, Ijad a la volonté de créer et développer un marché qui mette en circulation des produits et services scientifiques payants. Ce dernier projet pourrait améliorer grandement la démocratisation de travaux scientifiques qui sont trop souvent cantonnés à un échange entre interne. 

Rédigé par Clémence Coursimault
Journaliste analyste