De manière à réguler plus efficacement la consommation d’énergie, un ingénieur allemand propose un système électrique décentralisé. Un projet parmi d’autres qui tentent de mettre le consommateur au centre du réseau électrique de demain.

Vers un réseau électrique à échelle humaine

À première vue, le concept même de smart grid possède un côté très mathématique et peut sembler déconnecté de l’humain. L’idée de créer un réseau énergétique efficient, centralisé, régulé pour coordonner production et consommation souffre d’austérité. C’est pourquoi plusieurs initiatives nées dernièrement tentent de changer l’échelle de ce réseau énergétique intelligent. Le professeur allemand d'ingénierie Benjamin Schäfer de l’Institut Max Planck propose ainsi avec ses collègues un système de smart grid décentralisé. Pour faire simple, au lieu d’un opérateur central collectant les données et organisant la consommation, la régulation se ferait au niveau des compteurs des particuliers. Prenons l’exemple d’une énergie provenant principalement de l’éolien, “vous chargerez alors automatiquement votre voiture lorsqu’il y a beaucoup de vent et que le réseau produit plus”, explique le professeur. Au lieu de changer la production d’électricité, les compteurs intelligents font directement varier la consommation. C’est un peu ce même principe de régulation qui a conduit le travail de la startup Ohmconnect. Elle veut permettre une consommation plus efficace, en récompensant les utilisateurs lorsqu’ils se concentrent sur les heures creuses par exemple. Le smart grid serait ainsi pris en main par les consommateurs directement.

Le smart grid est dans le compteur, le consommateur au centre

Les deux projets témoignent d’une volonté plus ou moins prononcée de repenser le réseau d’énergie pour remettre l’utilisateur au centre sans aller jusqu’au micro grid. Dans le cas du système établi par l’équipe de Benjamin Schäfer, le dessein est double car le professeur insiste sur un point : “Nous faisons de la recherche fondamentale, le projet n’est pas encore appliqué et peut l’être de plusieurs façons.” Ainsi, soit la consommation s’ajuste automatiquement avec le compteur intelligent soit le consommateur est alerté des pics ou des baisse de production et agit en fonction. C’est ce second principe de rendre l’utilisateur plus actif dans la régulation globale du réseau électrique qui sert de point de départ à la startup Ohmconnect. Le système gratuit mis en place à la seule Californie pour le moment alerte ses clients des différents aléas de la production d’électricité pour qu’ils adaptent leur consommation. En échange de leurs économies, ils sont rémunérés. “Stabiliser le réseau grâce aux consommateurs” pour reprendre les mots du professeur Schäfer.

Un réseau électrique caritatif

Mais la startup californienne ne se limite pas aux économies d’énergie. Elle propose également depuis septembre aux utilisateurs de faire don de cette rémunération liée à leur consommation intelligente à des organismes caritatifs. Elle va ainsi plus loin dans l’idée de remettre l’humain dans le réseau énergétique. Dans la même veine, Gridmates compte créer un modèle de partage d’électricité. Les consommateurs pourraient donner une partie de leur énergie à des organismes ou des personnes dans le besoin. Comme une nouvelle étape vers un réseau d’électricité désormais tourné vers l’humain alors que la pauvreté énergétique a fait 10 000 victimes au Royaume-Uni en 2012/2013 selon l’association Fuel Poverty Action.

Rédigé par Guillaume Scifo