Forrester Research of Cambridge, Mass a réalisé, à la demande de Mercury Interactive, une étude en août et septembre 2002 auprès de plus de 120 CIO des grandes entreprises des Etats-Unis ...

Forrester Research of Cambridge, Mass a réalisé, à la demande de Mercury Interactive, une étude en août et septembre 2002 auprès de plus de 120 CIO des grandes entreprises des Etats-Unis et d’Europe. 35 % des décisionnaires informatiques estiment que l’une des premières priorités informatiques de leurs directions générales est l’amélioration de la qualité des produits et/ou processus métier. 30 % des responsables informatiques jugent leur service efficace pour tester la qualité des applications avant le passage en production. 16 % seulement croient être vraiment capables d’optimiser les performances des applications et des processus métier qu’ils supportent quotidiennement. En outre, 40 % des entreprises utilisant des logiciels pour mesurer les performances informatiques affirment ne pas pouvoir effectuer un vrai suivi ou mesurer l’étendue de leurs plus gros problèmes informatiques. Plus de 70 % reconnaissent avoir besoin de recourir à de nouvelles solutions pour les aider à atteindre leurs objectifs de tests ou d’optimisation. 25 % seulement des responsables informatiques estiment que leur service est capable de définir et de mesurer les performances des processus métier informatisés par rapport au niveau de service nécesaire afin de garantir le business de l’entreprise. 35 % de ces décideurs ont classé comme « critiques » l’intégration de l’informatique avec les processus business, 37 % le fait de passer d’une démarche réactive à proactive vis-à-vis du business, 34 % de délivrer leurs projets prioritaires en temps voulu, 34 % de s’assurer que l’informatique converge avec les besoins et stratégies commerciales de l’entreprise, 29 % d’évaluer comment les performances globales de l’informatique affectent les performances du business. Pour 50 % des décideurs informatiques, leur priorité principale est la réduction des coûts ou l’amélioration de la qualité des produits et/ou processus métier. 51 % pensent transformer l’informatique, d’ici deux ans, en un modèle centré sur le service ou sur le business. 83 % entendent mettre à jour leurs applications existantes dans les deux prochaines années. 54 % pensent acquérir de nouvelles applications. 70 % des décideurs informatiques pensent augmenter sensiblement leur utilisation de systèmes pour gérer leur relation clients, 63 % leur back office et 57 % la production. Conclusion de l’étude : la complexité des applications informatiques, incluant le fait qu’elles sont fortement distribuées et déconnectées dans tout le réseau, est la cause la plus importante de la difficulté d’aligner l’informatique avec les objectifs de business. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas - 03/10/2002)