Au 1er semestre 2002, le groupe Philips a réalisé un chiffre d’affaires de 15.584 millions d’euros, en baisse de 2 %. Le résultat d’exploitation, hors éléments exceptionnels, est un profit ...

Au 1er semestre 2002, le groupe Philips a réalisé un chiffre d’affaires de 15.584 millions d’euros, en baisse de 2 %. Le résultat d’exploitation, hors éléments exceptionnels, est un profit de 80 millions d’euros. La marge brute s’améliore, tandis que les coûts diminuent. Les coûts de retraite sont supérieurs d’environ 275 millions d’euros par rapport au 1er semestre 2001. Le résultat sur les sociétés non consolidées s’améliore sensiblement grâce à LG Philips LCD. Le résultat net, hors éléments exceptionnel, est un profit de 161 millions d’euros. Au 2ème trimestre 2002, le chiffre d’affaires augmente de 4 % par rapport au 2ème trimestre 2001, tiré par l’activité Medical Systems, et de 5 % par rapport au 1er trimestre 2002. L’activité Components (sans tenir compte de l’activité Display Components déconsolidée), enregistre une croissance positive. Dans l’activité Consumer Electronic, la forte croissance des ventes de TV et DVD Vidéo ne compense pas totalement le repli des ventes dans les activités Wireless Phone business, Digital Networks, VCR et Monitors. Les ventes ont fortement progressé en Asie Pacifique, notamment en Chine (+ 30 %), et en Amérique du Nord, suite aux acquisitions dans l’activité Medical Systems et à une amélioration de l’activité Consumer Electronics. Le chiffre d’affaires est en retrait en Amérique Latine et en Europe de l’Ouest, baisse en partie compensée par une évolution positive en Europe de l’Est. Le résultat d’exploitation est un profit de 165 millions d’euros, contre une perte l’an passé de 745 millions d’euros. Le résultat d’exploitation, hors éléments exceptionnels, est un profit de 65 millions d’euros, soit une amélioration de 319 millions d’euros par rapport à l’année précédente. Le résultat d’exploitation s’est amélioré malgré l’impact négatif des coûts de retraite en hausse de près de 125 millions d’euros, dus essentiellement à une baisse de rentabilité des fonds de retraite aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. e résultat financier est une perte de 1.605 millions d’euros, contre une perte de 74 millions d’euros l’an passé. Ce résultat tient compte d’une charge pour dépréciation des titres Vivendi Universal (1.516 millions d’euros) et Great Nordic (20 millions d’euros). Le résultat sur les sociétés non consolidées est de 92 millions d’euros, en nette amélioration par rapport à 2001. Le résultat a fortement progressé, hors éléments exceptionnels et amortissement du goodwill, chez LG Philips LCD et TSMC. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 19/07/2002)