Suite à cet exposé, Louis Treussard, responsable de la communication multimédia de BNP Paribas, a fait part du retour d'expérience du groupe en matière d’accessibilité Web. « L’objectif de ces projets accessibilité étaient de mettre en place une stratégie Internet...

Suite à cet exposé, Louis Treussard, responsable de la communication multimédia de BNP Paribas, a fait part du retour d’expérience du groupe en matière d’accessibilité Web. « L’objectif de ces projets accessibilité étaient de mettre en place une stratégie Internet socialement responsable vis-à-vis d’une population d’internautes de plus en plus conséquente. Répondant aux critères du W3C, ces projets « web accessibles » se sont par ailleurs naturellement inscrits dans une démarche qualité » a expliqué Louis Treussard. Comment le projet est venu en interne ? En 2002, les enjeux du sujet émergent via l’Atelier. Mi-2003, un groupe de travail est monté avec des collaborateurs de différentes entités : RH, DSI, communication, qualité, développement durable, banque en ligne.
La première étape a été de réaliser un benchmark externe des sites Internet déjà accessibles. Le bilan est contrasté : recommandations méconnues du W3C, multiplicité des solutions permettant de pallier les handicaps sur le Net, difficulté d’identifier des acteurs du secteur privé concernés par le sujet, hétérogénéité des états d’avancement en fonction des législations locales. La seconde étape a consisté en un audit des sites BNP Paribas en collaboration avec le département architecture (DSI). Du côté des sites institutionnels, il en est ressorti que certaines recommandations du W3C étaient déjà intégrées dans leurs développements. Du côté de la banque en ligne, la mise en place de la banque multicanal permet depuis plusieurs années aux personnes ayant des difficultés de vues d’accéder à leur compte et d’effectuer des transferts par téléphone. A l’inverse, le Web est un bon recours pour les personnes mal-entendant qui souhaitent bénéficier des services de banque à distance.

« Depuis le mois de mars dernier, le site recrutement : www.recrutement.bnpparibas.com est accessible au niveau 1 (A) du W3C, et sur certaines contraintes de niveau 2 (AA) et 3 (AAA). Par ailleurs, l’accessibilité est en cours sur l’ensemble des sites institutionnels du groupe (70 sites Web dans le monde), et un audit est en cours dans l’environnement www.bnpparibas.net » poursuit Louis Treussard. « La conformité aux normes du W3C n’exclue pas la beauté graphique d’un site » explique-t-il. « Une chose est de décrire toutes les images porteuses de sens, l’autre est de laisser des images sans légende, qui contribuent à l’attractivité d’un site sans révéler de contenu spécifique » poursuit-il. « Pour l’accessibilité de notre site recrutement, la mise en place de formats audio s’est accompagnée d’une refonte du code des pages (feuille de style séparant bien le fond de la forme), ainsi qu’une solide structuration de l’information (identification des titres de rubriques, hiérarchisation rigoureuse de l’information avec une typographie claire…) » explique-t-il.
« Aujourd’hui, la production de contenus pour ce site doit tenir compte de contraintes générales comme la gestion de la multiplicité des formats et des contributeurs, et des contraintes spécifiques comme la prise en compte des techniques liées à l’accessibilité (par exemple, générer des liens accessibles) » poursuit-il. «Mais des gains importants apparaissent d’ores et déjà :

Hausse de la satisfaction générale des internautes
Meilleure convivialité (ergonomie, navigation)
Meilleure visibilité(référencement optimisé grâce à la refonte des codes pages)
Gains de productivité éditoriale (structuration des contenus)».

« Ce retour d’expérience encore récent, mais pionnier et réussi, nous amènent à souligner une idée centrale pour l’avancée rapide de l’accessibilité sur le Web, que partage nos partenaires. Celle-ci doit être l’affaire de tous : éditeur, contributeur, concepteur, et naturellement législateur ! » conclut Louis Treussard.