Le Re.Work Connected City Summit, qui s’est déroulé à Londres les 16 et 17 mars, a mis l’accent sur certaines des recherches les plus prometteuses pour la Smart City. Focus sur Prosolve370e, un destructeur de pollution aérienne présenté lors du sommet par sa créatrice Allison Dring.

#ReworkCities : des modules architecturaux absorbent la pollution de l’air

Née d’une volonté de concilier le design architectural et l’écologie, la société berlinoise Elegant Embellishments a inventé une technologie qui change radicalement la manière dont nous voyons les bâtiments. Du nom de Prosolve370e, elle a été présentée lors du Re.Work Connected City Summit, un événement qui s’est déroulé à Londres les 16 et 17 mars 2016.

Ce module architectural, applicable à volonté sur une façade, est en effet à la fois décoratif et écologique. Recouvert d’une très fine couche de dioxyde de titane, ses fonctions sont activées par la lumière du soleil. Il peut dès lors neutraliser de nombreux composants chimiques présents dans l’air qui l’environne.

 

 

La forme de Prosolve370e s’inspire de celle des molécules que l’on trouve dans la nature, ainsi que des règles déterministes qui définissent les formes fractales dans l’infiniment petit. Sur une façade existante - et c’est son point fort - Prosolve370e se positionne en de multiples modules collés les uns autres formant un nid d’abeilles ou des cavités semblables à celles du corail.

En 2012, la technologie a été appliquée sur un hôpital de Mexico, une des villes les plus polluées du monde à cause de sa situation « en cuvette ». Disposée sur une surface de 1 200 mètres carrés, elle détruit chaque jour la pollution équivalente à une centaine de voitures. « C’est aujourd’hui le plus grand purificateur d’air au monde », affirme Allison Dring. De quoi offrir une réelle fonction aux façades ternes des immeubles situés dans les zones le plus polluées de la planète.

Rédigé par Anna Bochu
Journaliste