La médecine pourrait bénéficier de la rencontre de l'identification par radiofréquence et des dernières avancées dans les techniques de déplacement des robots. On peut en tout cas l'imaginer...

La médecine pourrait bénéficier de la rencontre de l'identification par radiofréquence et des dernières avancées dans les techniques de déplacement des robots. On peut en tout cas l'imaginer.
 
L'homme bionique, dont chaque organe peut-être vu comme un composant interchangeable est à portée de fréquence radio. C'est ce qu'on peut se dire avec la mise au point par des chercheurs anglais d'une voiture dotée de composants communicants via fréquence radio. En passant au dessus d'une borne ad hoc, le conducteur peut connaître quasi instantanément les pièces périmées de son automobile. Charge à lui de se rendre chez son garagiste pour effectuer les travaux. En poussant plus loin le concept, on peut maintenant imaginer de tagger de la sorte toutes les insertions biomécaniques dans le corps humain: prothèses aux hanches et aux genoux, agrafes, implants cochléaires, pacemaker... Voire même dans un futur proche des nanorobots médicaux spécialisés dans la lutte contre les cellules cancéreuses, ou diffusion de médicaments.
 
Des robots auto propulsés en milieu visqueux
 
Il serait ainsi plus simple deprévenir leurs hôtes des pièces biomécaniques ou robots à remplacer. Charge à lui de se rendre dans son hôpital pour effectuer les vérifications nécessaires. Vérifications qui pourraient être facilitées par une innovation réalisée au sein de l'unité Technion de la Hebrew University en Israël. Celle-ci développe un robot miniature capable de s'auto propulser de façon efficace dans les liquides visqueux comme le sang. Pour cela, cet engin programmé réinvente la nage en milieu liquide en singeant le mouvement des chenilles d'un char de combat. Une fois le "robotank" introduit dans le corps du patient, celui-ci pourrait aller filmer ou inspecter la structure des éléments exogènes du corps du patient.
 
Des déplacements fluides en milieu inconnu
 
Et ainsi, de valider ou non leur date de péremption théorique. Il pourrait être aidé dans sa navigation "intraveineuse" par un algorithme développé au sein du laboratoire de la Purdue University aux USA. Des ingénieurs y ont codé un algorithme dans des robots afin qu'ils se déplacent plus efficacement en milieu inconnu. Cette formule mathématique prend appui sur  des données existantes, apportées par des capteurs (laser, ondes...). Ceux-ci donnent à la machine une vue de son environnement proche en temps réel. Ne reste plus qu'à faire se rencontrer ces chercheurs avant de créer et faciliter la gestion des pièces détachées de ce nouvel "Homme qui valait trois milliards" ou d'une Super Jaimie (The Bionic Woman) new look...
Renaud Edouard-Baraud, Responsable éditorial