Un certain nombre de menaces seraient minorées par les professionnels qui gravitent dans l'écosystème informatique

Les risques informatiques sous estimés ?

Les professionnels du secteur pourraient bien sous-estimer les menaces pouvant cibler les infrastructures, et ce, à tort. C’est ce que tendrait à démontrer une étude menée par un groupe de chercheurs, dans le cadre d’un programme de recherche digitale initié par le Royaume-Uni et l’Inde. Selon les scientifiques, seulement 9 % des personnes interrogées perçoivent les attaques liées à leur infrastructure comme un souci majeur, et seulement 18 % citent les problèmes de confidentialité et de sécurité liés au Cloud.

Les experts redoutent avant tout les fuites d’information

Par contre, plus de 33 % d’entre eux soulèvent plutôt la problématique des fuites et la mauvaise utilisation des informations fournies par les internautes (à travers Facebook ou le  "e-banking" par exemple). Vient ensuite le problème des logiciels malveillants (27 %). Selon Andreas Mauthe, l'un des responsables de l'étude, "un certain nombre de menaces semblent avoir été sous-estimées. Ce chiffre de 9 % est illogique au vu de notre degré de dépendance à l’économie digitale", analyse-t-il. Selon lui, pourtant, des attaques ciblées visant ces infrastructures pourraient constituer l’élément déclencheur de la prochaine crise mondiale.

Améliorer la perception des menaces pour mieux y répondre

Malgré ce manque, les données recueillies serviront à mieux comprendre les faiblesses et les failles des réseaux actuels face aux nouvelles technologies de l’Internet et du Cloud. "Il devient de plus en plus important de se préparer aux nouvelles menaces digitales, celle-ci risquant de se manifester dans un futur proche", conclut-il. A noter qu'Andreas Mauthe, de l’Université de Lancaster, Gerard Parr, de l’Université de Ulster, et Hema Murty, de L’IIT Madras India, ont interrogé près de 160 spécialistes de la question, parmi un panel de chercheurs et d’industriels