Des chercheurs américains travaillent au développement d'une méthode pour assurer la stabilité des logiciels contrôlant des appareils sensibles. L'objectif : prévoir en amont les risques de dysfonctionnement...

Des chercheurs américains travaillent au développement d'une méthode pour assurer la stabilité des logiciels contrôlant des appareils sensibles. L'objectif : prévoir en amont les risques de dysfonctionnement.
 

"Le logiciel est devenu une composante essentielle de la plupart des appareils qui nous entourent. C'est un grand avantage pour l'automatisation des processus mais cela comporte des risques sérieux", explique Walid Taha. Ce professeur de science informatique est partie prenante d'un ambitieux projet de recherche autour de solutions logicielles permettant de fiabiliser des appareils et autres robots, notamment destinés à des applications médicales. Des applications à travers lesquelles la santé d'êtres humains est en jeu.
 
Une méthode pour sécuriser les robots médicaux
 
"Un logiciel est extrêmement fragile, et une erreur concernant ne serait-ce qu'un bit d'information peut nuire à la sécurité d'une opération, quelque soit le système", ajoute-t-elle. C'est dans ce cadre que Walid Taha et des équipes de chercheurs issus des universités de Yale et de Houston ont lancé le Physically Safe Computing Project. L'objectif est ici de développer un langage de programmation, des outils, ainsi qu'une méthode pour que des développeurs puissent eux-mêmes améliorer la sécurité des appareils. Appareils dont le dysfonctionnement pourrait être potentiellement nuisible pour la santé humaine, ou catastrophique du fait des enjeux financiers (comme c'est le cas pour des robots martiens).
 
Un projet multidisciplinaire
 
Cette méthode actuellement à l'étude devrait consacrer la prise en compte de l'environnement d'application d'un logiciel dès les prémices de sa conception. Les experts en robotique impliqués dans ce projet ont souligné l'aspect multidisciplinaire de recherches mêlant théorie du contrôle, génération de programme, conception de langage ou encore électronique embarquée... "Nous devons appliquer tout ce que nous avons appris de chacun de ces domaines pour établir un modèle applicable à grande échelle", a indiqué Walid Taha. Les avancées de ces recherches seront l'objet d'un cas pratique, à savoir l'évaluation d'une application de téléchirurgie développé par O'malley's Mechatronics et Haptic Interfaces Laboratory. 
(Atelier groupe BNP Paribas - 29/08/2007)