En alliant dans un même bâtiment recherche et marketing en matière d'habitat, et en favorisant les échanges, le groupe veut accélérer la mise au point des matériaux de la 'maison du futur'.

Saint-Gobain favorise la collaboration pour innover dans l'habitat

Pour accélérer le passage de la R&D à la mise sur le marché, Saint Gobain se tourne aussi vers le co-développement. Cela, en réunissant en un même endroit, d'une part la recherche et le développement, et d'autre part, le marketing. Le groupe a inauguré hier à Aubervilliers le Domolab, un centre d'innovation dédié à l'habitat. Le lieu permettra aux différentes sociétés industrielles du groupe de dialoguer et de prospecter avec les acteurs du secteur de la construction (architectes, constructeurs, promoteurs, bureaux d'études). "Nous avons décidé il y a quelques années de nous recentrer pleinement sur le marché de l'habitat", explique à L'Atelier Didier Roux, directeur de la R&D et de l'innovation. "Nous vendions nos matériaux et nos produits à d'autres entreprises mais nous avions rarement accès au résultat final. Il nous fallait l'aide de partenaires pour comprendre où nous mettions les pieds".

Une vitrine technologique

Le but est de permettre au groupe de concevoir les matériaux de la maison de demain. A travers un parcours ludique axé autour de quatre modules (esthétique, acoustique, thermique et lumineux), le centre accueillera exclusivement des professionnels. Il servira aussi de vitrine pour les matériaux proposés et distribués par les sociétés de Saint-Gobain, afin de leur donner une visibilité plus importante. "Beaucoup de personnes ne choisissent pas des solutions innovantes dans ce secteur, simplement parce qu'ils ne savent pas qu'elles existent ou qu'ils ont des a priori négatifs sur le coût. Le centre a vocation de les faire connaître", précise Gabriel Marly, directeur du Domolab.

Anticiper grâce à la formation et au partenariat

Pour pallier ces différents problèmes, Saint-Gobain a décidé de renforcer ses liens avec les universités et des starts up, soit créées en interne, soit absorbées par le groupe. "C'est donnant-donnant. Nous ne sommes pas dans une formule de mécénat mais de partenariat. Ces petites entreprises cherchent une place sur le marché et nous, nous avons besoin de leur expertise", déclare Didier Roux. Former les chercheurs et les créateurs à la base serait essentiel pour devancer les évolutions du marché de l'habitat. Celui-ci étant d'ailleurs éminemment local, le groupe Saint-Gobain prévoit d'ouvrir, dans les prochaines années, des centres similaires dans d'autres pays.