rachat de la Compagnie des Signaux. On se souvient que la Compagnie des Signaux a proposé de racheter le capital de Soderi, holding de tête de Steria, pour 160 millions de dollars. S'étant réuni jeu...

rachat de la Compagnie des Signaux. On se souvient que la Compagnie des Signaux a proposé de racheter le capital de Soderi, holding de tête de Steria, pour 160 millions de dollars. S'étant réuni jeudi pour se prononcer sur cette offre, le conseil de surveillance du fonds commun de placement, regroupant près d'un millier de salariés actionnaires de Steria, l'a rejetée à l'unanimité. Faisant référence à l'état-major et aux représentants des actionnaires qui s'étaient déjà prononcés contre le 25 septembre puis le 2 octobre, l'entreprise indique dans un communiqué "il est donc clair aujourd'hui que le refus de voir la Compagnie des Signaux s'introduire dans l'actionnariat de Steria est unanime" (voir la revue de presse du 29/09). Président fondateur et gérant de Stéria, Jean Carteron précise "notre analyse stratégique ne nous a pas conduits à considérer que la Compagnie des Signaux était un partenaire souhaitable. La base de notre refus est de nature stratégique, mais aussi sociologique". Revendiquant avoir déjà obtenu d'acheter 16 % des titres de Soderi à un groupe de fondateurs sous réserve de l'agrément du conseil de surveillance de Soderi qui doit se réunir le 27 octobre prochain, Yazid Sabeg, le PDG de la Compagnie des Signaux, se refusant à tout commentaire, a simplement indiqué que l'offre demeurait. Ce refus vis-à-vis de la Compagnie des Signaux ne signifie pas pour autant que Steria refuse un allié "nous voulons juste le choisir". Jean Carteron affirme du reste être en discussion avec d'autres partenaires "cela peut être une société confrère ou des groupes financiers. La tradition de Steria est d'avoir des partenaires financiers. Le jeu est ouvert". (La Tribune - Les Echos - 13/10/1997)