La Commission européenne vient d'adopter un plan d'action présentant les futurs modes d’utilisation des technologies de l'information et de la communication dans la fourniture de soins médicaux...

La Commission européenne vient d'adopter un plan d'action présentant les futurs modes d’utilisation des technologies de l'information et de la communication dans la fourniture de soins médicaux en Europe. De la prescription électronique et du dossier médical informatisé à l'utilisation de nouveaux systèmes et services qui réduiront les temps d'attente et les erreurs, le plan d’action « santé en ligne » fixe comme objectif la création d'un «espace européen de la santé en ligne» et répertorie des mesures pratiques pour y parvenir : l'application de l'électronique aux dossiers médicaux, l’identification du patient grâce à sa carte de santé, et l’accélération du déploiement de l'Internet haut débit. Actuellement, au moins quatre médecins sur cinq en Europe ont une connexion Internet et 25 % environ des Européens utilisent l'Internet pour obtenir des informations sur des questions de santé. Cependant, les outils ou solutions de santé en ligne comprennent des produits, des systèmes et des services qui vont bien au-delà des simples applications. Les services déjà disponiblesLa commission européenne a ainsi évoqué le besoin des patients de contacter leur généraliste, celui des médecins de dialoguer avec les hôpitaux et enfin celui des hôpitaux d’interagir avec les services de consultation externe et les centres de recherche. Au cœur de l’Union européenne, l’on recense déjà le réseau d’information médicale « medcom », au Danemark, qui appuie le travail des hôpitaux, des pharmacies, des médecins de garde, des généralistes et des laboratoires… A noter également, la mise en place de cartes de santé (intelligentes), parmi lesquelles la carte européenne d'assurance maladie, qui permet d'obtenir plus facilement des soins dans les autres États membres de l'UE. Les actions à venirLe plan d’action adopté par la Commission va permettre de mettre en œuvre de nouvelles actions concrètes : en 2005, l’ouverture d’un portail de l’Union européenne sur la santé publique ; en 2006, la mise en place de normes permettant aux différents chaînons des réseaux de soins de santé de dialoguer et d’échanger des informations sur les patients ; enfin, d’ici à 2008, la Commission européenne a évoqué des services en ligne tirant parti des technologies de grid (grilles de calcul). Rappelons que la santé en ligne a bénéficié d’un soutien de la Communauté européenne à la recherche à hauteur de 500 millions d'euros depuis le début des années 1990. Le secteur de la santé en ligne réalise aujourd’hui un chiffre d'affaires de 11 milliards d'euros. Selon certaines estimations, d'ici à 2010, 5 % des budgets de la santé seront investis dans les systèmes et services de santé en ligne. (Atelier groupe BNP Paribas - 04/05/2004)