Le géant allemand du logiciel entend aujourd’hui s’attaquer à l’industrie des médias via deux progiciels immédiatement commercialisables. A travers le joint-venture formé avec le fabricant allemand...

Le géant allemand du logiciel entend aujourd’hui s’attaquer à l’industrie des médias via deux progiciels immédiatement commercialisables. A travers le joint-venture formé avec le fabricant allemand de machines d’impression Heidelberg, SAP proposera également en l’an 2000 un programme destiné à optimiser le processus de fabrication des médias, qu’il s’agisse d’une émission audiovisuelle, d’une publication en ligne ou d’un journal imprimé de façon traditionnelle. Pour sa part, SAP France estime le marché potentiel constitué des médias français à 120 millions de F. De 621 millions de F en 1997, son chiffre d’affaires devrait passer à la fin de l’année à plus de 800 millions. Employant 278 salariés en 1997, SAP France devrait voir ses effectifs atteindre plus de 500 en fin d’année.

Le premier produit de SAP, baptisé ISMSD (industry solutions sales and distribution), propose un processus de gestion de toute la chaîne de distribution d’un média. Cela va de la prise de contact avec un client jusqu’au traitement comptable final. Avec son second produit, dénommé Ismam (industry solutions media advertising manager), SAP vise la vente d’espaces publicitaires. Le secteur brasse environ 50 milliards de F, presse, télévision, radio et cinéma confondus. Ismam, là aussi, gère tout, du télémarketing de prospection à l’émission de factures.

Jusqu’à présent, les progiciels SAP offraient une chaîne intégrée de gestion pour l’entreprise allant de la finance jusqu’aux ressources humaines, sans oublier la logistique.

SAP va tenter en France de vendre aux médias sa chaîne complète, intégrant l’un ou les deux nouveaux produits spécifiques. Toutefois, équipés d’une interface avec l’informatique existante, ils pourront être vendus indépendamment.

Des groupes de médias tels qu’Axel Springer, Bertelsmann, Pearson, El Païs ou le français Amaury ont déjà signé avec SAP. (La Tribune 03/11/1998)