Henry Noat, un ingénieur originaire de Corse, venant de mettre au point Scansys, un procédé de numérisation présenté comme révolutionnaire, affirme "scanner des microfilms ou des microfiches, c'es...

Henry Noat, un ingénieur originaire de Corse, venant de mettre au point Scansys, un procédé de numérisation présenté comme révolutionnaire, affirme "scanner des microfilms ou des microfiches, c'est désormais possible". Scan System, la société qu'il a créée en 1998 et installée dans le parc technologique de Bastia, conçoit et réalise ces appareils dont les prix varient entre 250 000 et 350 000 F "j'avais à coeur de relever le défi du développement économique de ma région, prouver que l'on peut réussir en Corse". En 1999, le chiffre d'affaires de cette PME, en croissance régulière, avoisinera les 5 millions de F. Scansys permet de numériser par jour jusqu'à 10 000 images issues de microfilms ou de microfiches. Ce procédé permettrait de diviser par deux le coût de traitement d'une image, ramené ainsi à 50 centimes l'unité. Le système a été vendu en un an à six exemplaires auprès d'entreprises ou de collectivités, notamment la Caisse d'assurance vieillesse des pharmaciens "la demande est forte et variée. Elle émane aussi bien de sociétés de maintenance spécialisées dans la gestion de documents d'état civil, que d'entreprises de presse, des universités et des archives départementales". Il existe en France, selon lui, un marché potentiel de près de 500 clients. Scan System propose aussi la numérisation de documents pour le compte de clients dont le volume d'activité ne justifie pas l'acquisition d'une machine. Les commandes passées permettront d'ores et déjà la numérisation de 20 millions de documents. (Les Echos - 7/05/1999)