Seagull, éditeur de logiciels spécialisé dans la manière de faire évoluer les applications existantes, annonce des résultats satisfaisant pour son exercice 2002/2003 clos au 30 avril. Le chiffre ...

Seagull, éditeur de logiciels spécialisé dans la manière de faire évoluer les applications existantes, annonce des résultats satisfaisant pour son exercice 2002/2003 clos au 30 avril. Le chiffre d’affaires (CA) de la société s’élève 28,3 millions de dollars, contre 26,5 millions de dollars pour l’exercice précédent, soit une hausse de 6,5 % sur un an. La société dégage un résultat net positif de 476 000 dollars, soit 6 cents par action, contre une perte nette de 5,9 millions, soit 79 cents par action, l’année précédente, en dehors d’une charge de restructuration exceptionnelle.

La société a donc atteint son objectif de profitabilité, principalement grâce à l’augmentation de son CA et une gestion serrée des dépenses. La marge brute s’élève à 23,5 millions de dollars, soit 83 % du CA, en augmentation de 5 % par rapport aux 22,3 millions de dollars de l’exercice 2001/2002. Le solde de trésorerie est en augmentation de 58 %, à 9,5 millions de dollars, à comparer aux 6 millions de dollars de trésorerie en 2002. Le CA a été réalisé à 55 % aux Etats-Unis (72 % en 2002), contre 45 % dans le reste du monde (28 % en 2002).

« Notre priorité numéro un était de redevenir profitable. Nous avons atteint cet objectif et avons également augmenté le chiffre d’affaires et la trésorerie. Nous avons introduit de nouveaux produits sur le marché et avons maintenu notre engagement à fournir un service client de première qualité. Dans un contexte économique en récession, l’équipe Seagull a réalisé une performance exceptionnelle… ». Les services web, en net progression, ont bien servi la société dans sa quête d’équilibre budgétaire.

L’entreprise présente d’ailleurs une nouvelle suite logicielle, LegaSuite Web Services Studio, permettant de répertorier et de modéliser des services web et des transactions de systèmes existants, et de générer sans programmation les applications ASP.NET correspondantes. Le cabinet d’études Gartner donne raison à l’entreprise dans son orientation, puisque dans un récent rapport, l’institut révèle que 48 % des entreprises américaines n’ont pas coupé leur budget réservé à l’équipement en services web, malgré la crise.

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/07/03)