Second Life est-il dangereux pour nos enfants? Oui, estime l'association Familles de France, qui souhaite des mesures techniques de protection pour empêcher l'accès de l'univers virtuel aux mineurs...

Second Life est-il dangereux pour nos enfants? Oui, estime l'association Familles de France, qui souhaite des mesures techniques de protection pour empêcher l'accès de l'univers virtuel aux mineurs.
 
L'univers virtuel Second Life est de plus en plus à l'image de nos sociétés. Il en reproduit donc les "dérives", comme la pornographie, la drogue et les jeux d'argent. C'est dans ce cadre que  l'association Familles de France assigne en référé Linden Lab, l'éditeur américain de Second Life et, à titre subsidiaire, les FAI français.
Et l'organisation n'a pas l'attaque modeste : elle ne demande pas moins que le blocage total de l'univers virtuel aux mineurs, selon Libération. L'audience est prévue pour le 18 juin.
 
De la pornographie en libre accès
 
Pour l'association, "de véritables photos et vidéos pornographiques en libre accès sont placardées dans certaines régions. Les utilisateurs ont la possibilité de mimer des rapports sexuels, allant jusqu'à des scènes de viol, de bondage, de zoophilie et de scatologie". Plus grave, ces actes peuvent se répercuter dans la réalité, avec la présence de liens qui redirigent les internautes vers des sites pornographiques.
 
Familles de France s'attarde également sur les casinos virtuels, où il est possible de dépenser de l'argent véritable. La présence de telles activités, qui ne pose qu'un problème moral ou financier pour les adultes, représente un danger beaucoup plus important pour les enfants. C'est pourquoi l'association souhaite le verrouillage de l'accès du site aux mineurs avec, notamment, la mise en place par les FAI de mesures de filtrage.
 
A noter, cependant. Selon Linden Lab, Second Life n'est pas ouvert à tous. Il faut être âgé au minimum de 13 ans pour pouvoir y évoluer. Et entre 13 et 17 ans, les jeunes ne peuvent accéder qu'à une version "allégée", baptisée Teen Second Life. C'est alors aux parents de vérifier les activités de leurs enfants.
 
Filtrer n'est pas jouer
 
L'AFA (l'Association des fournisseurs d'accès), qui rappelle qu'il existe déjà en France des systèmes de contrôle parental, estime que la mise en place de mesures de filtrage n'est pas envisageable. "Le filtrage est infaisable. Tout ce qu'on sait faire, c'est interdire l'accès à tous les sites d'un hébergeur", souligne Giuseppe de Martino, le président de l'association. Pourtant, un précédent existe. En juin 2005, les FAI français avaient dû bloquer l'accès à un site révisionniste, suite à une décision du tribunal de grande instance de Paris.
 
Reste qu'il est impossible pour les FAI de savoir pertinemment l'âge et le profil de l'internaute. Il ne resterait alors plus pour empêcher les jeunes d'accéder au site que d'en interdire l'accès total en France. Autant dire priver 140 000 joueurs hexagonaux de leurs plaisirs virtuels, ce qui est impensable...
 

 (Atelier groupe BNP Paribas – 04/06/2007)