La fracture numérique est une réalité entre les pays du nord et les pays du sud. C’en est aussi une en France, où de nombreux citoyens n’ont pas accès au réseau des réseaux. Pour lutter contre...

La fracture numérique est une réalité entre les pays du nord et les pays du sud. C’en est aussi une en France, où de nombreux citoyens n’ont pas accès au réseau des réseaux. Pour lutter contre cette inégalité de l’accès à Internet, le Secours populaire français a inauguré vendredi dernier le premier « Atelier Internet », situé à Villetaneuse en Seine Saint-Denis (93). D’autres ouvertures suivront, à Grenoble et à Marseille notamment.

L’objectif de cette initiative est de venir en aide aux personnes en difficulté, et de ne pas les laisser en dehors de la pénétration rapide d’Internet. Vendredi, des bénévoles de l’association ont donné à leurs nouveaux élèves des cours de familiarisation avec la bureautique et la recherche sur Internet.

« On est beaucoup plus fort pour affronter la vie lorsqu’on a accès à la culture », a déclaré le Président du Secours populaire Julien Laupêtre. L’objectif est autant d’aider les plus jeunes à se servir du médium pour rechercher de l’information que d’apprendre aux adultes à se servir d’Internet pour chercher une emploi. Le Secours populaire souhaite ainsi former environ 5000 personnes par an.

A cette initiative de l’association se sont raccordés deux grands noms du monde de l’informatique et d’Internet : IBM et AOL. Le premier a doté l'atelier de Villetaneuse de dix micro-ordinateurs et a financé l'installation du centre via sa filiale Montics. Le second a fourni un local sécurisé et s'est occupé du recrutement des bénévoles qui animent les ateliers.

L'accès aux formations se fait sur inscription auprès de la Fédération du Secours populaire de Seine-Saint-Denis ou du comité de Villetaneuse, moyennant une participation symbolique de 2 € par mois.

(Atelier groupe BNP Paribas - 03/05/2004)