Les tablettes constituent des outils ergonomiques, et en ce sens faciles d'utilisation, notamment pour des seniors pas forcément formés aux usages du numérique. Toutefois, certaines fonctions restent inadaptées.

Les seniors, plus à l'aise avec les tablettes qu'avec les ordinateurs ?

Les technologies multimédia, et plus particulièrement les tablettes, sont-elles plus adaptées pour les seniors que ne peuvent l'être les ordinateurs? Le Lutin Userlab, présent au Campus européen d'été 2011 de la Cité des Savoirs, s'est intéressé à cette question. Et a pour y répondre fourni des tablettes iPad à un groupe de personnes âgées de 63 à 89 ans durant une période de 9 mois. A la fin de la période, ces derniers étaient interrogés,  afin de déterminer si, oui ou non, les tablettes présentaient des avantages non négligeables en terme d'ergonomie pour une population n'étant pas formée aux usages du multimédia. Effectivement, les tablettes semblent être bien plus pratiques à l'usage que les ordinateurs. Cela, que ce soit en terme d'acceptabilité (fait de l'utiliser tous les jours s cela était possible), de facilité d'apprentissage, d'usage et d'utilité.

Des résultats qui démontrent l'intérêt des tablettes

Les personnes interrogées ont dans leur immense majorité noté de manière très positive (plus de 3 points sur 4 pour l'ensemble des critères) les tablettes qui leurs étaient fournies. Détail intéressant: alors que les spécialistes de tablettes critiquent l'impossibilité de maintenir ouvertes deux applications en même temps, les seniors mettent en exergue la "simplicité" du principe. Les résultats des études corroborent ces déclarations, puisque le temps de réalisation par opération effectuée (ouverture d'application, défilement de texte...) est 2,5 fois moins important dans le cas des tablettes. De même, le taux d'échec est légèrement inférieur dans le cas des tablettes. Toutefois, certaines difficultés d'utilisation persistent.

Une ergonomie pas encore tout à fait optimisée pour les personnes âgées

Tout d'abord, un grand nombre de personnes interrogées soulignent une trop grande sensibilité de l'écran, qui interdit tout effleurage involontaire. De même, il reste difficile de se passer d'un ordinateur fixe, que ce soit pour le transfert ou la mise à jour de dossiers. Enfin, il est à noter que si la tablette prend ponctuellement en compte des difficultés physiques (un zoom en cas de faiblesse des yeux, une augmentation du son pour les malentendants), aucune solution globale n'est disponible pour ceux souffrant de toutes ces problèmes à la fois. Comme le souligne Claudio Vandi, chercheur pour le Lutin Lab, "les tablettes se doivent d'être en adéquation avec les capacités réelles de personnes âgées, ce qui n'est pas encore totalement le cas à l'heure actuelle".