L'Internet des objets n'est pas encore popularisé qu'il se décline déjà. Pour les secteurs de la santé, l'environnement ou encore la sécurité routière, ce sera l'Internet des capteurs.

Le Sensor Web, c'est la combinaison de capteurs, de logiciels et d'Internet, rappelle l'Ercim (*), qui consacre un rapport sur le sujet. Il permet de collecter en permanence des données physiques, traitées et consultables sur le web, notamment mobile. Le but n'est pas d'être simplement connecté en permanence, ni d'être submergé par quantité d'informations. Il s'agit de donner du sens immédiatement à des évènements physiques comme une émotion, les battements du cœur, l'irrigation d'un sol... Ce, afin d'aboutir à une nouvelle dimension de services. La force de ces capteurs est leur adaptabilité. Ils se placent sur des objets, des vêtements, des surfaces et sur le corps. Ce qui laisse présager d'une omniprésence de ces systèmes dans notre quotidien.
Sensor Web = une application de l'Internet des objets
"Je pense que l'on peut voir le Sensor Web comme une application de l'Internet des objets", explique à L'Atelier Mark Roantree, coordinateur du projet."Ces deux concepts perçoivent Internet comme un moyen de fournir cette connectivité ". L'ère des objets connectés commence à modifier les frontières réel-virtuel. Heurusement, ar un fossé profond les sépare encore : beaucoup d'entre nous continuent à interagir avec deux mondes bien distincts : le monde physique et celui du web. Contrairement à son aîné, "l'Internet des capteurs s'applique à des domaines très spécifiques, comme la santé, la sécurité routière ou l'environnement". De tels systèmes existent déjà, mais à une échelle encore confidentielle. Le manque de standards, d'investissements et de communication est au cœur du problème.
Rendre les capteurs invisibles et simples d'utilisation
Dernière étape avant leur généralisation : qu'ils soient acceptés par les utilisateurs : particuliers, salariés, scientifiques, sportifs... Pour Mark Roantree, voilà qui ne devrait pas poser problème dès lors que les différentes solutions qui émergeront feront la preuve de leur utilité. Une prérogative cependant : "L'enjeu pour les fabricants de matériels et de logiciels sera de rendre ces systèmes aussi invisible et les plus simples d'utilisation que possible, explique-t-il à L'Atelier. Pour certaines applications, l'utilisateur devra aussi pouvoir être capable de choisir l'option Opt in ou Opt out". Pour accélérer l'émergence de ce Sensor Web, l'Ercim a mis en place un groupe de travail dédié. Ses objectifs seront de promouvoir les interactions entre les différents groupes de recherche.
* European Research Consortium for Informatics and Mathematics