Les analystes d'IDC ont prévu que d'ici à 2011, la Chine devrait devenir la première destination du offshoring IT et passer ainsi devant l'Inde. Dans une étude, l'institut a comparé 35 villes dans la zone Asie-Pacifique, dont Adelaïde (Australie), Bangalore (Inde), Dalian (Chine), Hanoï (Vietnam) et Kuala Lumpur (Malaisie), en se basant sur des critères communs portant sur le niveau d'équipements, d'investissements, la population...

Selon ses conclusions, les dix villes championnes pour la délocalisation en 2007 sont dans l'ordre : Bangalore, Manille, New Delhi, Mumbai, Dalian, Shanghai, Pékin, et les australiennes Sydney, Brisbane et Auckland. Mais dans les quatre ans, trois villes chinoises devraient bousculer cet ordre et prendre l'avantage: Dalian, Shanghaï et Pékin. Le plan « 10-100-1.000 » imaginé par la Chine. A l'heure où la Chine cherche a développer des relais de croissances alternatifs à la production de produit manufacturés, les services informatiques et notamment le offshoring, dont l'Inde s'est fait une spécialité, se développent à un rythme éffréné. "Le ministère du Commerce a lancé en début d'année le plan « 10-100-1.000 », visant à créer 10 villes de l'« offshore » et à y attirer 100 multinationales, le tout afin de favoriser l'essor d'un millier d'entreprises chinoises capables de vendre des services informatiques et du logiciel à l'international. Dans le même temps, le nombre de diplômés en informatique est passé de 100.000 personnes en 2002 à 400.000 en 2006", explique Les Echos dans un article paru aujourd'hui. Contrairement au marché indien très tourné vers l'exportation à destination des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne(80% des ventes), l'industrie informatique chinoise est très orientée vers son marché intérieur (85% de l'activité). Quant aux exportations chinoises, elles privilégient le Japon et la Corée du Sud (59% du total). [Via : Les Echos, ZDNet] L’Atelier Asie - BNP Paribas Web : http://asie.atelier.fr Wap : http://asie.atelier.mobi