Comme chacun sait, la vente d'espaces publicitaires est pour des moteurs de recherche comme Google, Yahoo ! une véritable manne ! Tous les internautes, s'ils ne se sont pas nécessairement ...

Comme chacun sait, la vente d’espaces publicitaires est pour des moteurs de recherche comme Google, Yahoo ! une véritable manne ! Tous les internautes, s’ils ne se sont pas nécessairement intéressés au contenu de ces espaces, ont pu les remarquer, au-dessus ou à droite des résultats proposés par le moteur suite à leur requête.

Les internautes montrent un intérêt très marqué pour deux domaines en particulier : le sexe… et les médicaments. Difficile de blâmer, dans ce cas, les moteurs de recherche qui ont exploité ce filon et inclus dans leurs pages de résultats des publicités vantant des sites pornographiques ou des produits pharmaceutiques. En dépit des revenus générés par ces derniers, les moteurs de recherche ont commencé à ne plus systématiquement accepter la diffusion de toutes les publicités « médicales ».

Le mois dernier, Overture Services, fournisseur de publicités de moteurs comme MSN ou Yahoo ! a déclaré qu’il n’accepterait plus de publicités vantant les mérites de produits pharmaceutiques, tant que leur efficacité et leur légitimité n’auront pas été démontrées. Il s’agit finalement de pouvoir faire la différence entre pharmacies sérieuses et escroqueries médicamenteuses ! Hier, les responsables de Google ont annoncé qu’ils suivraient ce mouvement.

Pour ce qui est de la pornographie le même mouvement, quoiqu’allégé, s’amorce. Yahoo ! par exemple n’accepte plus les publicités pornographiques. MSN ou AOL perçoivent des revenus de moteurs de recherche secondaires spécialisés en pornographie (comme Nightsurf ou Adult Search Fantasy Finder). Lorsque l’internaute saisit un terme lié au sexe, il est redirigé vers ces outils qui lui proposent une liste de sites en rapport avec sa requête. Les Yahoo !, MSN et autres AOL se dédouanent de cette manière de la responsabilité de promouvoir des contenus pornographiques, tout en continuant à percevoir des revenus.

Globalement, ces revirements sont le signe que les moteurs de recherche changent de philosophie, en essayant de protéger leurs utilisateurs, et en préservant leur image…

( Atelier groupe BNP Paribas – 05/12/2003)