Contrairement à Bouygues Télécom qui s'en était tenu à Edge évitant de faramineux investissements, SFR et Orange avaient misé sur la 3G se payant les infrastructures nécessaires. Aujourd'hui, la...

Contrairement à Bouygues Télécom qui s'en était tenu à Edge évitant de faramineux investissements, SFR et Orange avaient misé sur la 3G se payant les infrastructures nécessaires. Aujourd'hui, la filiale de téléphonie mobile de Vivendi Universal est la première à lancer des offres de très haut débit mobile 3G +.
SFR se pose en pionnier pour conquérir le marché du très haut débit mobile avant que ses concurrents ne s'y positionnent. Ainsi, l'opérateur a annoncé le lancement, le 10 mai dernier, de son offre HSDPA (High Speed Downlink Packet Access) dans cinq villes françaises : Lyon, Rennes, Nantes, Saint-Nazaire et Dijon.
Aujourd'hui ouverte aux entreprises, ces offres seront rapidement étendues au grand public avec la commercialisation, outre la carte PC 3G + ou le PC Dell SFR Connect, du combiné Samsung ZV50 à 299 euros.
Rappelons que la 3G + est une évolution logicielle de la technologie 3G, qui, elle avait nécessité la mise en place de nouvelles infrastructures. SFR, qui avait opté pour les investissements dans la 3G, était revenu sur ses pas en proposant en novembre une offre couplée 3G/Edge pour les entreprises.
Elle permet des débits allant, d'après SFR, jusqu'à 1,8 Mbit/s et qui pourront atteindre, en 2007, 3,6 Mbit/s. Cette croissance des débits permet de faire évoluer l'usage du mobile vers le multimédia puisque la navigation et les transferts sont plus rapides.
Bouygues Télécom avait indiqué qu'il commercialiserait ses offres 3G + à partir du second semestre 2006 . Le très haut débit est un enjeu essentiel pour les trois opérateurs mobiles traditionnels puisque d'après le dernier rapport de l'Arcep (Autorité de régulation des télécommunications et des postes) , un nouvel abonné mobile sur quatre choisit de souscrire auprès d'un MVNO...
(Atelier BNP Paribas - 11/05/2006)