des dizaines de sites francophones ont éclos. Ayant un an d'existence en septembre, le plus pédagogue, Karolus (www.easynet.fr/karolus) revendique plus de 40 000 visites par mois. Alain Morineau, gé...

des dizaines de sites francophones ont éclos. Ayant un an d'existence en septembre, le plus pédagogue, Karolus (www.easynet.fr/karolus) revendique plus de 40 000 visites par mois. Alain Morineau, généalogiste d'envergure, pour qui le Net représente "comme un changement de dimension" devrait bientôt signer une convention avec la fédération pour faire de Karolus "le serveur officiel". Spécialisée dans la recherche généalogique, une petite société familiale Triatel vient de migrer du minitel où elle exploite Généal vers le Net. Sur son site appelé Géné 2000 (www.gene2000.com), elle a basculé son fonds de commerce composé de la base capétienne, soit un registre de 40 000 patronymes, tous descendants d'Hugues Capet, avec pour chacun une brassée d'arborescences, soit plus de 400 000 noms "pous l'instant, seule la base des noms souches est accessible". Son gérant, Frédéric Gunst Horen attend beaucoup du porte-monnaie virtuel. Chaque semaine, depuis que le site est ouvert, il collecte quatre à cinq fichiers de 2 000 à 3 000 noms que des bénévoles lui adressent recevant en échange des recoupements avec sa base capétienne. Nouveau venu, Généanet (www.geneanet.org) veut jouer la carte de l'ouverture. Son fondateur, Jacques Le Marois explique "on a gommé le côté français du site pour lui donner aux yeux des internautes plus de crédibilité". Causant quatre langues, le serveur est installé aux Etats-Unis alors que les équipes bénévoles qui sont en train d'indexer "toutes les ressources généalogistes du monde" sont "dispersées dans le monde entier". La publicité devrait permettre d'équilibrer le coût. La même équipe essaye de convertir les cercles de généalogistes (environ 300 en France) aux vertus du donnant donnant, l'idée étant de créer une énorme base, Généabank, compilant tout ce que les cercles locaux sont parvenus à engranger. Pour l'instant, seuls quatre ou cinq cercles se sont mis sur les rangs. Si vous êtes intéressé par une quelconque recherche, voici quelques adresses de sites : www.cam.org/beaur/gen/autrespa.html: on accède directement à la page du site Francêtres qui liste les patronymes étudiés dans la base www.ids.org : Site des Mormons www.bigfoot.fr : site d'un éditeur d'annuaire américain dédié à la France. Celui-ci prétend avoir en stock 100 millions de noms dont presque 500 000 en France. Il suffit de taper un patronyme pour obtenir les coordonnées téléphoniques, adresses, voire e-mail des homonymes. www.bigfoot.com : sur ce site américain, on peut visualiser le pâté de maison où ils habitent www.four11.com : autre éditeur d'annuaire américain de taille comparable à Bigfoot offrant un service de même nature Tous à vos arbres. (Libération - 27/08/1997)