Taylor Nelson Sofres vient de mener, pour la deuxième année consécutive, une étude internationale sur l’utilisation des sites Internet des services publics. 31 pays ont été étudiés (27 en 2001) ...

Taylor Nelson Sofres vient de mener, pour la deuxième année consécutive, une étude internationale sur l’utilisation des sites Internet des services publics. 31 pays ont été étudiés (27 en 2001) et 29 077 personnes ont été interrogées entre juillet et septembre 2002. Au cours des douze mois précédant l’étude, 25 % des Français ont utilisé les services en ligne des sites gouvernementaux, contre 18 % en 2001 (+ 7 points). La France se rapproche progressivement de la moyenne internationale (30 %). La moyenne internationale en 2001 s’établissait à 26 %. 69 % des internautes français ont accédé aux services gouvernementaux en ligne au cours du mois précédant l’étude, contre 55 % en 2001. La France se situe au-dessus de la moyenne internationale (61 %). La France occupe en 2002 le 17ème rang mondial des utilisateurs des services gouvernementaux en ligne. Elle figure au 8ème rang mondial si l’on s’intéresse uniquement à la population des internautes. En France, 27 % des hommes (+ 9 points par rapport à 2001) utilisent ces services, contre 23 % de femmes (+ 6 points)). Au niveau mondial, l’utilisation des services en ligne a légèrement augmenté chez les hommes (+ 5 points) et est restée stalble chez les femmes (+ 2 points). Les plus nombreux à consulter les sites gouvernementaux et à fournir des informations personnelles sont toujours les français âgés de moins de 25 ans. Les plus de 65 ans restent les plus réticents. Au niveau mondial, ce sont les personnes âgées de 55 à 64 ans qui utilisent de plus en plus ces services (+ 16 points par rapport à 2001). 76 % des français (63 % dans le monde) jugent encore qu’il n’est pas très sûr de laisser des informations personnelles sur Internet. Ce sentiment baisse néanmoins de 8 points en France (stable dans le monde). 15 % des français (+ 4 points) et 23 % dans le monde (+ 14 %) estiment que l’utilisation du e-gouvernement est sécurisée. L’usage prioritaire des utilisateurs demeure la recherche d’information sur les sites gouvernementaux (24 % dans le monde). La Suède et la Norvège (48 %), le Danemark (47 %), les Iles Féroë (46 %) et la Finlande (42 %) sont ceux qui utilisent le plus ce type de services. Le téléchargement de formulaires administratifs (11 % dans le monde) arrive en seconde position des usages. En France, la recherche d’information arrive en tête des usages des utilisateurs (18 %) devant les opérations nécessitant de laisser des informations personnelles (11 %) et le téléchargement de formulaires administratifs (7 %). L’usage prioritaire pour les internautes français est également la recherche des informations (78 %) devant la fourniture des informations personnelles (48 %) et le téléchargement des documents administratifs (32 %). Les pays d’Europe du Nord ainsi que Singapour font partie du peloton de tête des utilisateurs des sites gouvernementaux (entre 49 % et 17 %). Près de 80 % des internautes ont utilisé ces services dans ces pays. En revanche 13 % seulement de la population de Grande-Bretagne et du Japon utilisent les services des sites gouvernementaux. Le Japon, l’Allemagne, la France, Taiwan et l’Italie sont les plays où le plus grand nombre de personnes interrogées juge que l’utilisation de l’e-gouvernement est peu sûr. En revanche, pour le Danemark, Singapour, la Finlande, la Malaisie et Hong Kong, les services gouvernementaux en ligne sont très sécurisés. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 22/11/2002)