Depuis les débuts de la musique en ligne, les constructeurs se sont échinés à lancer chacun un service payant de téléchargement sur Internet et un baladeur numérique compatible avec leur service...

Depuis les débuts de la musique en ligne, les constructeurs se sont échinés à lancer chacun un service payant de téléchargement sur Internet et un baladeur numérique compatible avec leur service. A la fin du mois de septembre, l’association de défense des consommateurs UFC-Que choisir montait au créneau pour dénoncer, de fait, l’incompatibilité « presque totale » entre les contenus proposés par les divers fabricants et les appareils qu’ils commercialisent. L’association prévenait ainsi que "le consommateur (…) en achetant un baladeur numérique, se retrouv(ait) pieds et poings liés avec un marchand de musique en ligne qu’il n’a pas choisi". Surprise aujourd’hui avec l’annonce de six entreprises, qui ont décidé de s’allier pour revenir sur l’incompatibilité des droits numériques (Digital Rights Management, DRM) s’appliquant aujourd’hui aux diverses offres du marché. Sony, Samsung, Matsushita, Philips, News Corp et Hewlett-Packard se sont associés à la société InterTrust, spécialisée dans la sécurité et les brevets DRM. Après le succès phénoménal et la publicité de grande ampleur qui ont accompagné le lancement de l’iPod, le marché commence à revenir de ce petit baladeur numérique, qui ne peut lire que les titres téléchargés sur le service de son constructeur : l’iTunes Music Store. Et les clients de la marque à la pomme déchantent eux aussi de plus en plus, à mesure que de nouveaux services de téléchargement fleurissent et proposent d’acheter des morceaux d’artistes peu connus ou appartenant à des labels indépendants. Apple ne semble pourtant pas entendre ces critiques, puisque le groupe a décidé de ne pas s’unir aux six firmes citées plus haut. Pas plus que Microsoft ou RealNetworks, d’ailleurs. Les consommateurs et les associations qui les représentent n’ont plus qu’à espérer que cette stratégie ne finisse par leur nuire. (Atelier groupe BNP Paribas - 05/10/2004)