Deux contrats essentiels pour Skype ont été signés lundi 5 septembre...

Deux contrats essentiels pour Skype ont été signés lundi 5 septembre.

Skype a d'abord crée une filiale commune avec Tom online, une société chinoise qui fournit des services internet à la téléphonie mobile. La filiale sera détenue à 51% par Tom mobile quand Skype en détiendra 49 %.

L'entente entre les deux sociétés n'est pas neuve : elle date de novembre 2004. Elles ont co-développé un logiciel Skype simplifié, en chinois. Il sera distribué par la nouvelle filiale pour permettre à Skype de conquérir le marché chinois.

"La Chine est un de nos marchés les plus prioritaires, avec une grosse croissance du marché du haut débit" a expliqué Niklas Zennström, cofondateur de la première société de voix sur IP (voIP), lors de l'annonce faite lundi dernier. Skype entend bien arriver parmi les premiers opérateurs de voIP en Chine pour être leader et fidéliser sa clientèle.

D'autre part, Skype entre dans la téléphonie mobile en signant un accord avec E-plus, le troisième opérateur GSM allemand.

Le but de la transaction est d'intégrer les appels voIP à un service de téléphonie mobile cellulaire traditionnel. E-plus va proposer un forfait qui permettra aux utilisateurs de Skype de parler avec les 9.8 millions d'abonnés à l'opérateur allemand. Skype est utilisé en Allemagne par presque trois millions de personnes.

L'idée de Skype est simple : toucher les consommateurs qui n'ont pas de PC. Si Skype est maintenant un avantage concurrentiel pour l'offre de E-plus, à terme, le leader de voIP menace de cannibaliser la clientèle de l'opérateur allemand.

Les forfaits des opérateurs fixes et mobiles sont bien moins séduisants que ceux de Skype. Les opérateurs de téléphonie mobile, souvent attaqués par les associations de consommateurs sur le prix excessif des SMS ou le système de facturation à la minute, seront obligés de réadapter leur offre à un marché où des concurrents comme Skype opèrent.

  (Atelier groupe BNP Paribas- 06/09/2005)