Plusieurs blogues - dont celui de Skype - avaient lancé la rumeur cet été, confirmée il y a un mois à l'Atelier par des sources internes à la société : Skype allait lancer dans la grande...

Plusieurs blogues - dont celui de Skype - avaient lancé la rumeur cet été, confirmée il y a un mois à l'Atelier par des sources internes à la société : Skype allait lancer dans la grande distribution des produits permettant d'accéder à ses services, et notamment un téléphone Skype. C'est maintenant officiel depuis le dimanche 20 novembre.
Skype, qui compte aujourd'hui près de 66 millions d'utilisateurs dans le monde - essentiellement en Asie et en Europe - va attaquer de front le marché américain, par la grande distribution. Avec un plus faible taux de pénétration sur ce marché, où la concurrence est déjà bien installée avec des offres comme celles de Vonage, de SunRocket et d'autres acteurs, la compagnie a décidé de doubler son offre Internet d'une offre plus « traditionnelle ».
C'est RadioShack, chaîne de magasins spécialisés dans l'électronique grand public aux Etats-Unis qui a été retenue par Skype. Et qui installera progressivement des gondoles dédiées aux produits Skype dans 3500 de ses 7000 enseignes.
Avec une offre plutôt complète. En entrée de gamme, on trouvera pour 5 dollars le « Skype trial pack » comprenant des écouteurs avec un microphone, un CD comportant le logiciel, quelques instructions et un bon pour 30 minutes gratuites du service Skype Out (qui permet d'appeler n'importe quel téléphone depuis un PC). Mais Skype proposera également un ensemble de produits co-brandés permettant d'utiliser ses services.
Notamment un casque de Logitech à 40 dollars, et deux téléphones sans fil bluetooth ou WiFi, développés par Motorola et vendus 100 dollars et par Linksys (filiale grand public de Cisco) pour 129 dollars. En attendant le vrai téléphone mobile « WiFi inside » qui ne tardera sans doute pas et qui sera la vraie « killer application » de Skype. Il en existe déjà des modèles au Royaume-Uni ! Skype se rémunère par des royalties perçus sur les matériels vendus.
Cette entrée de Skype dans le monde physique - qui vise à accompagner les potentiels utilisateurs qui ne disposent pas du matériel nécessaire à l'utilisation du logiciel - devrait encore renforcer l'attrait de la marque dans le grand public. Skype acquiert aujourd'hui près de 175 000 utilisateurs par jour et espère bien voir ce nombre augmenter fortement aux Etats-Unis grâce aux ventes de Noël. A quand l'Europe et la France ? Les constructeurs et les distributeurs, alléchés par les gains potentiels, ne devraient pas tarder à emboîter le pas...
Il y a fort à parier en revanche que les opérateurs telecom et les FAI américains, qui aimeraient limiter l'usage de Skype, ne vont pas le voir d'un bon oeil. Cette année, la dinde de Noël aura pour eux un goût un peu amer. En attendant qu'ils ne réagissent.
Dominique Piotet A San Francisco pour l'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas - 02/12/05)