Open data, citoyen au coeur de la réflexion, on vous explique pourquoi Barcelone est un des matadors incontestés de la ville intelligente.

Smart City : pourquoi Barcelone a toujours un train d’avance

Une Smart City qui se concentre aussi sur l’aspect humain

"Les maisons font la ville, mais les citoyens font la cité", écrivait Rousseau dans son Contrat social, une idée que la capitale catalane a fait totalement sienne, dans son action de ville intelligente.

A L’Atelier, Josep Ramon Ferrer, ancien directeur de Barcelone Smart City, explique comment la métropole appréhende ce terme souvent protéiforme: “Pour nous, être une Smart City signifie trois choses. Il faut rendre la vie plus facile pour les habitants, créer plus de richesses économiques et le tout de manière durable et soutenable pour la planète. Une Smart City, c’est penser beaucoup plus loin que le simple aspect technologique.”

On comprend mieux pourquoi la ville a été choisie pour accueillir le Smart City  Expo World Congress qui a lieu tous les ans (prochaine édition du 15 au 17 novembre 2016, ndlr) et pourquoi nous en parlions déjà l’an dernier comme capitale espagnole de l’innovation. L’ambition de Barcelone est à terme de devenir auto-suffisante, d’atteindre l’interopérabilité des services et d’être une ville zéro carbone. Mais l’aspect humain n’a pas été oublié, puisque des initiatives innovantes comme Vincles BCN cherchent à  lutter contre l’isolement social des plus de 65 ans par la technologie et le soutien d’un réseau de proximité. Et quand on sait que dans cette ville, 20% de la population a 65 ans ou plus, on ne peut qu’espérer que ces projets se répandent.

Des initiatives simples mais efficaces

Parmi toutes les initiatives mises en place par cette ville pionnière, on retrouve notamment un système de feux rouges intelligents mis en place pour les véhicules d’urgence. Celui-ci repère le trajet que le véhicule devra effectuer et s’assure que tous les feux soient verts sur son passage et ne reprennent qu’une fois le feu dépassé leur usage normal. Cela permet d’avoir une route dégagée pour permettre aux pompiers ou au SAMU d’être plus rapidement sur place.

La ville a aussi décidé de fonctionner selon un système d’open data afin de permettre aux entreprises ou aux particuliers qui le souhaitent de consulter les données publiques. Pour ce qui est de l’accès aux services administratifs, plus besoin d’en passer par des heures de queue à l’hôtel de ville. L’application Mobile ID permet d’y accéder directement sur mobile avec un système d’authentification sécurisé. On peut ainsi réclamer des papiers courants ou encore prendre rendez-vous aisément avec le personnel de la mairie si besoin.

D’autres initiatives de la ville retiennent l’attention: des capteurs permettant de repérer les places de parking vides ou encore des lampadaires intelligents capables de détecter le nombre de personnes aux alentours pour adapter la luminosité en fonction et réduire la facture électrique de la métropole catalane. Les poubelles, aussi, sont devenues intelligentes pour transmettre directement leur niveau de remplissage aux services concernés afin d’éviter des pertes de temps et des déplacements inutiles. Les taxis acceptent aussi de plus en plus le paiement sans contact. Enfin, la zone industrielle de Poblenou laissée en friches jusqu’à récemment a désormais été reconvertie en un quartier d’affaires très connecté. Cette effervescence catalane n’est d’ailleurs pas nouvelle; déjà en 2012, des murs connectés dans le métro permettaient aux voyageurs de faire leurs courses depuis leurs mobiles.

Outre cette brochette d’initiatives, l’une des raisons de l’efficacité de Barcelone en tant que ville smart trouve son origine dans la constance politique de la municipalité. Josep Ramon Ferrer rappelle l’importance d’une alliance politique pour éviter que les revirements de gouvernance n’arrêtent les initiatives en cours. “L’alliance entre secteur privé et secteur public est capitale; certes les transformations prendront plus de temps mais sur le long terme elles seront aussi beaucoup plus efficaces”. Et comme le disent les Catalans, avec de la bonne volonté de la part de tous les acteurs “tot és possible” ! Tout est possible.

Rédigé par Constance Guyon
Journaliste / attachée de production