La startup newyorkaise Addibots développe une imprimante 3D montée sur roues qui peut combler les nids de poule sur le bitume.

#SmartCity : demain, les routes s'imprimeront en 3D

Après deux ans de Recherche et Développement, l’ingénieur et diplômé d’Harvard Robert Flitsch a mis au point un prototype d’imprimante 3D capable de produire des formes bien plus grandes qu’elle. Montée sur roues et ressemblant à une petite voiture, son espace d’impression est théoriquement infini puisqu’elle se déplace. Elle pourra donc combler les trous et les fissures qui se forment sur la route après un rude hiver, mais aussi plausiblement, à l’aide d’autres de ses congénères, construire des chaussées entières. Un gain financier important pour les communes qui dépensent beaucoup dans la réparation de la voirie.

A l’heure actuelle, Robert Flitsch n’a fait fonctionner son Addibots qu’avec de l’eau. Une fois projetée dans les rainures de la glace d’une patinoire, elle était immédiatement figée par la machine. Mais on peut très bien imaginer que le robot soit fait pour imprimer en goudron ou en béton, comme cela a déjà été le cas en Chine lors de l’impression 3D d’un immeuble entier en 2014.

Selon Robert Flitsch, Addibots pourrait accompagner les progrès technologiques appliqués à la smart city. Si l’on modifie un peu son système, il pourrait ajouter un matériau conducteur au bitume pour y faire passer du courant, y placer des capteurs pour que les voitures puissent communiquer entre elles et, pourquoi pas, créer des routes ultra-résistantes en imprimant avec de la fibre de carbone.

 

Rédigé par Anna Bochu
Journaliste