Le Social Apps Lab développe des initiatives utilisant le pouvoir des jeux sur mobile pour encourager la participation des citoyens à des questions sociales.

Social Apps Lab parie sur les jeux mobiles pour solutionner des problèmes urbains

L’impact du jeu sur notre fonctionnement psychologique est important. De 7 à 77 ans, la ludification de pratiques traditionnelles permet souvent d’obtenir des résultats inespérés. Par exemple, son utilisation sur des plateformes de e-commerce permet d’engager davantage ses clients et de fédérer des communautés de fans. D’une autre façon, les jeux éducatifs pour enfants permettent de susciter un intérêt chez eux plus important. Le Social Apps Lab a saisi cette dimension productive et décidé de la mettre au service de la ville et de ses citoyens. Le Social Lab est une initiative interdisciplinaire construite et supportée par le Center for Informational Technology Research in the Interest of Society (CITRIS), la division de Sciences Sociales et celle d’Arts et d’Humanités de l’Université de UC Berkeley en Californie. Cette collaboration a pour but de créer des jeux sur applications mobiles qui encouragent la participation des citoyens à des problématiques urbaines variées et d’étudier leur impact.

Utiliser le pouvoir des jeux sur mobile

Les jeux sur mobile suscitent un engagement important de la part de leurs participants. Combiner mobile et jeu permet de récolter cet élan participatif et les énergies créatives qui sont exprimés lorsque l’une personne joue. Le Lab a pour ambition non seulement de construire des jeux mobiles qui permettent de générer de nouvelles opportunités, mais aussi d’étudier ses impacts sur la ville. Les efforts du Lab ont décidé de se focaliser sur la ville contemporaine car elle représente le catalyseur de beaucoup de problématiques sociales. D’un point de vu purement pratique, les villes regroupent la plus grande concentration de personnes possédant un téléphone portable. Le Social Lab a plusieurs objectifs majeurs : permettre de récolter des données pour la recherche sur des problématiques urbaines, encourager la participation citoyenne, améliorer la connaissance de certaines dynamiques urbaines, et enfin participer à l’éducation civique des communautés utilisant ses applications.

Pour encourager et mieux comprendre les problématiques urbaines

Outre la dimension ludique sur mobile, l’approche intéressante qui est développée par le Social Lab est d’encadrer ses différents programmes dans la ville en jouant sur l’aspect souvent social de ses applications mobiles. Le Lab s’adresse à tout type de problématiques. Ainsi l’année passée, leurs thèmes de prédilections étaient la santé publique, la participation citoyenne et l’engagement social. Par exemple, en collaboration avec des chercheurs de UC Merced et le Berkeley Institute of the Environnement, le Social Apps Lab a développé une application de jeu afin de recruter les résidents locaux pour qu’ils identifient les sources d’asthme dues à la pollution urbaine à Oakland. CitySandbox, une autre application développée par le Social Apps Lab a pour ambition de combler le décalage qui existe souvent entre les habitants locaux et les institutions politiques de plus grande envergure. Grâce à des questions posées aux utilisateurs mobiles sur des lieux précis de leur quartier, CitySandbox entend non seulement les impliquer davantage dans la vie locale mais aussi faire entendre leur voix.

 

Rédigé par Clémence Coursimault
Journaliste analyste