Howard Stringer, le nouveau directeur général de Sony qui vient d'être confirmé dans son poste par l'assemblée générale du groupe, a annoncé mercredi que Sony allait resserrer ses investissements...

Howard Stringer, le nouveau directeur général de Sony qui vient d'être confirmé dans son poste par l'assemblée générale du groupe, a annoncé mercredi que Sony allait resserrer ses investissements de recherche et développement sur les produits les plus prometteurs, comme les équipements vidéo de nouvelle génération, les téléphones mobiles ou les téléviseurs à écran plat.

Le budget Recherche et Développement de Sony devrait atteindre 520 milliards de yens (soit 3,96 milliards d'euros) sur l'exercice entamé le 1 er avril 2005.

Howard Stringer, 63 ans, anobli en 1999 par la reine Elisabeth, s'est adjoint les services de Ryoji Chubachi, précédemment directeur général adjoint. C'est donc cet ingénieur de 57 ans qui prend les commandes du groupe. Les deux hommes ont indiqué leur volonté de "redistribuer les ressources", ce qui pourrait se traduire par le resserrement de la gamme des produits, voire le retrait de certains segments du marché.

" Nous devons devenir une organisation très ciblée. Nous devons débattre entre nous et nous allons réévaluer la R&D, rationaliser le développement des produits et faire en sorte que notre gamme soit cohérente et stratégiquement ciblée ".

Sony est déjà engagé dans un plan de restructuration triennal, baptisé Transformation 60, qui l'a conduit à supprimer près de 20 000 postes, pour la plupart au sein de la division - largement déficitaire - de l'électronique grand public. Stringer a déclaré que le plan, prévu pour s'achever fin mars 2006, serait prolongé et complété.

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/06/2005)