Devant un millier de professionnels et de développeurs de jeux réunis hier par Sony Computer Entertainment (SCE), la filiale de Sony spécialisée dans les jeux électroniques, Ken Kutaragi, le père de...

Devant un millier de professionnels et de développeurs de jeux réunis hier par Sony Computer Entertainment (SCE), la filiale de Sony spécialisée dans les jeux électroniques, Ken Kutaragi, le père de la PlayStation a affirmé que les consoles de jeux de la nouvelle génération auront une capacité de calcul "proche de celle des gros ordinateurs utilisés pour la recherche scientifique". La PlayStation de deuxième génération, dont le nom n'est pas encore connu, sera commercialisée au Japon très probablement avant Noël prochain et à l'automne 2000 dans le reste du monde. Le groupe espère un succès comparable à celui de la PlayStation, vendue à 50 millions d'exemplaires dans le monde, dont 3 millions en France. Selon le patron de Sony, Nobuyuki Idei "la PlayStation s'est imposée comme un pilier majeur de notre activité électronique". Alors que lors de son lancement en 1994, le produit ne faisait pas l'unanimité en interne "aujourd'hui, tout le groupe Sony est derrière, prêt à mobiliser toutes ses ressources pour assurer son succès". Grâce à cette console et aux jeux qui vont avec, Sony réalise plus de 40 % de ses bénéfices.

Pour développer une unité centrale de 128 bits de même puissance que la console DreamCast de Sega dont les ventes ont débuté au Japon en novembre, SCE s'est associée à Toshiba. Résultat, leur "jouet" est dix fois plus puissant qu'un PC, offrant une capacité de traitement de l'image supérieure à celle des ordinateurs utilisés pour créer des images de synthèse dans les studios de cinéma. Un responsable de SCE explique "elle permet de faire évoluer des images trois dimensions en temps réel, ce qui est pratiquement impossible à réaliser sur un simple PC". Selon un expert informatique, elle est la machine se rapprochant le plus d'un simulateur de vol militaire ... le tout pour un prix qui devrait être inférieur à 100 000 yens (770 euros). Ken Kutaragi assure "un ensemble de jeux sera disponible dès le premier jour". De plus, les anciens jeux pourront être lus sur la nouvelle console. La nouvelle console fonctionnera à la norme MPEG 2 et sera capable de lire des DVD-ROM, voire des DVD Video. Une connexion à Internet est également envisagée. Le patron de Sony affirme "une ère nouvelle commence pour les jeux électroniques. La nouvelle PlayStation constitue un défi pour le duopole Intel-Microsoft que tout le groupe Sony veut relever". L'unité centrale de la nouvelle console est 15 fois plus puissante que le microprocesseur Pentium II d'Intel et 3 fois plus puissante que le microprocesseur Pentium III. Son système d'exploitation utilise le logiciel Linux, la bête noire de Microsoft. (Les Echos - Le Figaro - 03/03/1999)