Les photophones réussissent à la co-entreprise formée par le nippon Sony et le suédois Ericsson. Grâce à eux notamment, le fabricant affiche aujourd’hui sur le deuxième trimestre de son exercice...

Les photophones réussissent à la co-entreprise formée par le nippon Sony et le suédois Ericsson. Grâce à eux notamment, le fabricant affiche aujourd’hui sur le deuxième trimestre de son exercice un bénéfice avant impôt de 113 millions d’euros, alors qu’il enregistrait un an plus tôt une perte de 102 millions. Du côté du chiffre d’affaires, la croissance est aussi au rendez-vous : les ventes s’élèvent à 1,5 milliard d’euros, contre 1,1 milliard un an auparavant. Cinquième fabricant mondial de téléphones portables, Sony-Ericsson a vendu 10,4 millions de combinés ces trois derniers mois. Comme prévu, Sony-Ericsson en a profité pour lancer aujourd’hui même trois nouveaux combinés : le Z500i, qui fonctionne sur les réseaux EDGE (Enhanced Data Rates for Global Evolution), le smartphone P910i et un photophone, le K500i.

Sony-Ericsson K 500i
Sony-Ericsson Z500i
Sony-Ericsson P910i

Du côté du finlandais Nokia, les nouvelles sont moins bonnes : le fabricant a annoncé une baisse de 5 % de son chiffre d’affaires, à 6,64 milliards d’euros, mais un bénéfice net qui est ressorti à 1,036 milliard d’euros, contre 946 millions d’euros enregistrés l’an passé à la même période. Nokia, c’est certain, continue de pâtir de son manque de téléphones dits de milieu de gamme. Les prévisions pour le second trimestre sont mauvaises : le groupe a dit s’attendre à de nouvelles tensions sur ses marges sur le reste de l’année. Le cours de l’action a immédiatement réagi en chutant de 14 % ce matin. Depuis le début de l’année, le titre a déjà perdu aux alentours de 25 % de sa valeur. (Atelier groupe BNP Paribas – 15/07/2004)