D'un côté, le DVD Blu-Ray de Sony, soutenu par Hitachi, Dell, Philips, LG Electronics, HP, Matsushita et Samsung pour les industriels de l'informatique et de l'électronique, Walt Disney et les...

D'un côté, le DVD Blu-Ray de Sony, soutenu par Hitachi, Dell, Philips, LG Electronics, HP, Matsushita et Samsung pour les industriels de l'informatique et de l'électronique, Walt Disney et les studios Sony côté industrie du divertissement. De l'autre, le format HD DVD proposé par Toshiba et soutenu par Sanyo et NEC, mais aussi par Paramount Pictures, Warner Bros Studios, Universal Pictures, NBC et New Line Cinema.

Le mois dernier, les deux industriels à l'origine des deux normes distinctes se lançaient sur la voie d'un standard commun et se disaient prêts à consentir quelques efforts pour définir une norme qui faciliterait les usages des consommateurs. Le tout sur un marché du DVD futur estimé à 20 milliards de dollars.

Mais voilà que les espoirs d'unification tombent à l'eau. Un porte-parole de Matsushita a fait savoir que le groupe de Sony et celui de Toshiba n'étaient pas parvenus à un accord à partir des diverses propositions émises par chacun. A tel point que lorsqu'il s'exprime dans les colonnes du quotidien japonais Asahi Shimbun, le directeur général de Matsushita parle de "l'autre camp" en évoquant l'industriel Toshiba...

Ce qui oppose visiblement ce dernier à Sony a trait à la structure du futur DVD, les technologies Blu-ray et HD DVD n'étant pas compatibles. Toutes les négociations sont maintenant au point mort : un responsable de Toshiba a même déclaré que la poursuite des discussions entre les deux groupes serait une "perte de temps"...

Voilà qui risque vraisemblablement de ne pas simplifier l'usage des DVD du futur, qui rappelons-le doivent permettre de stocker des films en haute définition et de supporter beaucoup plus de contenus.

(Atelier groupe BNP Paribas - 19/05/2005)