Selon le rapport 2007 sur la sécurité des réseaux informatiques publié par l'éditeur de solutions de sécurité Sophos, les Etats-Unis et la Chine sont les deux pays qui hébergent le plus de...

Selon le rapport 2007 sur la sécurité des réseaux informatiques publié par l'éditeur de solutions de sécurité Sophos, les Etats-Unis et la Chine sont les deux pays qui hébergent le plus de programmes malicieux et relayent le plus grand nombre de spams dans le monde.
 
Ainsi, les Etats-Unis ont hébergé plus du tiers, soit 34,2%, des programmes malicieux en 2006. "Les Etats-Unis demeurent un des points chauds de l'activité criminelle en ligne. Malgré les efforts considérables des autorités pour lutter contre le cybercrime, de trop nombreux sites Web américains sont encore insuffisamment protégés", souligne Michel Lanaspèze, directeur Marketing et Communication de Sophos France et Europe du Sud.
 
La Chine arrive en deuxième position et abrite ainsi 31% des sites Internet porteurs de codes malicieux. Sophos note ainsi que la plupart de ces programmes malicieux chinois prennent la forme de chevaux de Troie et ont pour but, dans près de 17% des cas, de pirater des mots de passe d'accès à... des jeux en ligne.
 
Dans cette catégorie de pays hébergeant des malwares, arrivent, derrière les Etats-Unis et la Chine, la Russie (9,5%), les Pays-Bas (4,7%), l'Ukraine (3,2%) et la France (1,8%).
 
En ce qui concerne les relayeurs de spams, les Etats-Unis et la Chine arrivent encore une fois en tête, en regroupant respectivement 22% et 15,9% des spams relayés dans le monde en 2006. A noter que la Corée du Sud se place en troisième position (7,4%) suivi de la France (5,4%) qui est également le premier pays européen à figurer dans ce classement même si l'Espagne la talonne de près (5,1%).
 
Il faut par ailleurs noter que, selon l'éditeur Sophos, plus de 90% des spams sont désormais relayés par des ordinateurs "zombies" se retrouvant contrôlés par les pirates. Ceux-ci n'ont donc plus besoin de se trouver dans le même pays que les ordinateurs infectés pour pouvoir émettre de nouveaux spams.
 
En outre, les réseaux des sociétés deviennent des proies de plus en plus faciles pour les pirates du Net. "Internet représente désormais pour les cybercriminels le plus simple moyen d'accès aux réseaux des entreprises, car de plus en plus d'utilisateurs se connectent sur des sites non régulés, téléchargeant des applications et consultant en ligne des fichiers audio et vidéo et mettant ainsi en danger la sécurité", analyse Michel Lanaspèze.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 23/01/2007)