Il est des fléaux plus pernicieux que d’autres. Comme les spywares, ces logiciels espion qui se logent sur les disques durs des internautes, mais dont les effets pourtant dévastateurs ne sont pas...

Il est des fléaux plus pernicieux que d’autres. Comme les spywares, ces logiciels espion qui se logent sur les disques durs des internautes, mais dont les effets pourtant dévastateurs ne sont pas aussi remarqués que ceux du spam et des virus.Rappelons que les logiciels espion présentent la particularité de surveiller toutes les activités mises en œuvre sur les PC qu’ils prennent pour cibles. A partir de là, leur domaine d’action est plutôt étendu : récupérer des données bancaires, surveiller les comportements d’achat des utilisateurs, les submerger de publicités, etc. Tout cela, nous le savions déjà (voir article du 31.10.2003). En revanche, l’information nouvelle est que les logiciels espions sont bien plus nombreux que l’on ne pouvait l’imaginer… Le fournisseur d’accès Internet Earthlink vient de publier une analyse intéressante sur le sujet : il estime que les PC de ses abonnés hébergent en moyenne 27,8 spywares actifs chacun ! Entre le 1er janvier et le 30 mars 2004, Earthlink a analysé 1,1 million d’ordinateurs de ses abonnés : 29,5 millions de ces logiciels ont été repérés dans ces PC. La majorité des logiciels espion ont une vocation publicitaire : ils pistent les internautes, détournent le trafic Internet, etc. et sont considérés comme des cookies. Il n’empêche, Earthlink a estimé à respectivement 184 600 et 184 900 le nombre de logiciels de surveillance et chevaux de Troie - beaucoup plus redoutables - installés sur les PC de ses abonnés ! La résistance commence à s’organiser, du côté des institutions. La FTC américaine (Commission fédérale au commerce) réunit aujourd’hui experts informatiques, représentants des associations de consommateurs et législateurs pour établir un plan d’action. A l’étude : des campagnes d’information des internautes, la distinction des spywares bons et mauvais ou l’interdiction pure et simple de ces logiciels.Une dernière solution qui fait déjà hurler les éditeurs de logiciels, qui rappellent que ce type de logiciels est très utile pour la maintenance technique à distance, le filtrage de contenus ou encore les applications de partage de fichiers. (Atelier groupe BNP Paribas – 19/04/2004)