Un nouveau programme d’échange international lancé par 50Partners offre aux startups de nouvelles perspectives à l’étranger.

Startup Exchanges promet aux startups l’ouverture à l’international

Si la tendance est à la globalisation grâce au numérique, les échanges internationaux au niveau des startups restent difficiles. Pour remédier à cela, 50 Partners, l’accélérateur parisien, déploie un tout nouveau projet : Startup Exchanges. Déjà surnommé l’Erasmus des startups, ce programme d’échange international a pour objectif d’élargir les opportunités internationales aux entreprises incubées. "Le projet est en préparation depuis septembre dernier et le premier échange mis en place aura lieu dès juillet 2014" nous explique Kayla Roark Guiot-Bourg, Partner chez 50 Partners et chargé du projet Startup Exchanges. Startup Exchanges propose aux startups incubées des 16 structures membres de partir en échange pendant un mois dans un accélérateur ou incubateur membre dans la région du monde propice à leur business.

Un programme d’excellence

Avec ce programme, les candidats sont reçus au sein de l’écosystème local et sont complètement intégrés dans la structure d’accueil, "ils y trouvent un vrai accompagnement qui se traduit notamment par la mise en place d’ateliers pour aider la start up à bien s’installer dans le pays" explique Kayla. Le premier échange s’agit d’une startup française, incubée chez 50 Partners, qui se rend dans la Silicon Valley chez PlugandPlay International, "là-bas, ils vont suivre le programme Entrepreneurs avec les autres startups de l’incubateur et ce gratuitement" ajoute la chef du projet. Outre les bureaux, c’est surtout dans l’intégration à l’écosystème que réside l’objectif de ce programme et cela à travers la mise en relation avec les personnes pertinentes, la participation à des évènements, etc. En effet, Kayla note "qu’il est assez facile pour un incubateur ou un accélérateur de le faire car ils font déjà ce travail pour leurs startups donc c’est vraiment une extension pour eux. Ils peuvent ainsi mettre à profit leurs connaissances, leurs mentors, leurs contacts presse, investisseurs, leurs clients potentiels, les emmener à des évènements meet-up, etc". Cependant, sur 1000 dossiers présentés, la sélection est dure et seules 10 startups sont retenues pour le programme qui concerne « des startups déjà matures qui ont besoin d’un coup de pouce pour s’installer dans un écosystème local» décrit Kayla.

Un intérêt double

Startup Exchanges propose de profiter de chaque microsystème à travers l’échange international. L’intérêt d’une telle initiative est double nous confie la Partner de chez 50Partners, "le programme permet soutenir nos startups françaises dans leur lancement à l’étranger, de ne pas les laisser cloisonner au marché français mais de les ouvrir au monde et aux marchés prometteurs. Mais le programme permet aussi d’attirer des startups dans notre écosystème français, en devenant la porte d’entrée pour toutes les startups étrangères sur le marché français". Ainsi, la première startup à partir "a 78% de sa clientèle qui est américaine donc son départ aux États-Unis y prend tout son sens" ajoute Kayla. Actuellement, il y a 70 offres dans le monde entier "et ce n’est que le début" conclut Kayla.

Rédigé par Kenza ADEÏDA
Journaliste