Parmi les sociétés les plus performantes, les startups françaises sont les mieux placées. Néanmoins en plaçant 3 entités dans le top 10, l’Israël Valley démontre une représentation redoutable.

Les startups françaises et israéliennes tiennent le haut du pavé

59 096% : c’est le taux de croissance de la startup française YMAGIS spécialisée dans le cinéma numérique. Cette progression exponentielle de son chiffre d’affaires a permis à l’entreprise de se hisser en tête du classement Technology Fast 500 2013 établi par l’équipe de l’industrie des Technologies, des Médias et des Télécommunications de Deloitte prenant ainsi la suite de Criteo. Abordant évidemment des marchés naissants, les entreprises présentes dans ce classement n’en démontrent pas moins, au-delà de la performance, une pertinence de leur modèle, le palmarès étant établi sur une période d’observation de cinq ans. Et en haut du classement, on retrouve donc des startups françaises mais également israëliennes.

Les startups de l’Israël Valley bien présentes

Ainsi la France est particulièrement bien représentée avec deux entreprises sélectionnées aux dix premières places. Mais c’est bien Israël qui place le plus de lauréats au sein ce classement. En effet, Mythings, startup spécialisée dans les solutions de campagnes de publicité personnalisées arrive en deuxième position avec un taux de croissance de 23 205%. Non loin, Trusteer occupe la cinquième place et MyHeritage ferme la marche avec des progressions respectives de 11 240% et 9 041%. Si la France montre qu’elle est un terreau fertile puisque l’hexagone domine le classement avec 86 entreprises sélectionnées pour la 4ème année consécutive, Israël affirme une étonnante et persistante diversité dans les secteurs investis. A noter que la Turquie semble développer un environnement des télécommunications dynamique puisque deux de ses entreprises appartenant à ce domaine se sont hissées dans le classement.

Le logiciel en fer de lance

En cumulant 43% des sociétés du classement Fast 500 cette année, le logiciel est assurément le domaine doté du plus grand nombre d’opportunités. Les secteurs de l’Internet (22%) et des télécommunications (15%) complètent ce podium oligopolistique. En effet, les Semi-conducteurs/Composants/Electronique (7 %), les Biotechnologies/Matériel pharmaceutique/Equipement médical (5 %), les Technologies vertes (3 %), les Médias/Divertissements (3 %), et enfin les Ordinateurs/Périphériques (2 %) se disputent un seul cinquième du gâteau.

Rédigé par Pierre-Marie Mateo
Journaliste