dollars l’ensemble des fonctionnalités d’un PC. L’électronicien a fait tenir, sur un carré de 3,5 cm de côté et de 1,5 mm d’épaisseur, la quasi-totalité des composants logés dans un micro-ordinateu...

dollars l’ensemble des fonctionnalités d’un PC. L’électronicien a fait tenir, sur un carré de 3,5 cm de côté et de 1,5 mm d’épaisseur, la quasi-totalité des composants logés dans un micro-ordinateur, à l’exception des mémoires DRAM, du disque dur et bien entendu de l’écran. Prêt à fonctionner avec un logiciel de type Windows 95, ce système complet revient au prix de 100 dollars (200 dollars au client final). Comme l’explique le vice-président des activités de diversifications de ST, Hervé Martin “nous ne visons pas le marché de l’informatique classique, mais plutôt celui des terminaux légers, y compris pour la maison, des applications embarquées ou industrielles et, plus généralement, tous les domaines où ce n’est plus la performance qui est prépondérante, mais le niveau d’intégration et de prix”. Les électroniciens s’intéressent de plus en plus à ce marché des composants avec systèmes intégrés. ST a déjà sorti d’autres puces de ce type, en particulier une destinée au marché grand public. D’ici à deux ans, ce marché des PC sur une puce devrait atteindre les 5 milliards de dollars dont les trois quarts provenant des systèmes embarqués. Les opérateurs téléphoniques et les équipementiers sont nombreux à réfléchir à ce type d’appareils destinés à remplacer les Minitel, pour surfer sur le Net. Les prix des Webphone et autres Screephone situés aujourd’hui autour de 3 000 F pourraient chuter fortement. A terme, de telles puces devraient permettre de passer sous la barre des 1 000 F, entraînant ainsi la généralisation de ces appareils. (Les Echos 26/10/1998)