Le m-commerce ne représente pas encore une part importante des objectifs des campagnes publicitaires sur mobile, et les médias sont encore envisagés de manière traditionnelle par les publicitaires.

Les stratégies publicitaires délaissent le m-commerce pour une meilleure visibilité

Le m-commerce une priorité publicitaire pour les entreprises ? Pas vraiment. Un récent rapport de Millénnial Media, qui travaille en collaboration avec des marques pour la diffusion de leurs campagnes publicitaires, indique plutôt que les campagnes publicitaires se focaliseraient généralement plus sur le fait d'apporter des renseignements ou de l'aide au client. Ainsi, l'étude rapporte que, malgré l'explosion du nombre de smartphones, le téléchargement d'applications et l'incitation à la recherche de sites Internet ont demeurés les pierres angulaires d'une campagne publicitaire en 2012.


Mieux renseigner le public

L'étude révèle en effet que seul le m-commerce ne représenterait que 16% des buts des campagnes publicitaires sur mobile, pour les entreprises tous secteurs confondus interrogés. Par contre, celles-ci viseraient en priorité le téléchargement d'applications pour 37% d'entre elles. Mais également, l'utilisation de programmes de géolocalisation de boutiques pour 21% des actions disponibles après le clic d'un utilisateur sur la page de publicité. Ces campagnes visent avant tout la pénétration d'un marché, pour 39% d'entre elles, et la perception de la marque par un consommateur pour 14%.


La représentation physique avant tout

Un principe qui semble fonctionner puisque l'étude dévoile que l'année dernière le trafic sur le site Internet de la marque a augmenté lui, de 13% en un an, démontrant par là la volonté des publicitaires à amener les consommateurs à davantage connaître la marque. De plus les profils ciblés sont devenus plus précis. Ainsi, parmi les dix cibles de prédilection des marques, on retrouve avant tout les décideurs des informations de la technologie, suivis des communautés de technophiles, des personnes en voyage d'affaires ou encore des acheteurs compulsifs.
 

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur