Frédéric Dulac, manager chez Business & Décision / Eolas, a exposé la méthodologie à suivre et les points importants qui concernent la mise en place d’un projet accessibilité. Il a commencé par rappeler que les recommandations du W3C en matière d’accessibilité provenaient d’un...

Frédéric Dulac, manager chez Business & Décision / Eolas, a exposé la méthodologie à suivre et les points importants qui concernent la mise en place d’un projet accessibilité. Il a commencé par rappeler que les recommandations du W3C en matière d’accessibilité provenaient d’un groupe de travail interne : le WAI (Web Accessibility Initiative) et portaient sur : les sites web et leurs applications, les logiciels d’affichages (navigateurs, lecteurs multimédia) et les outils d’édition. « La difficulté d’application de ces normes réside dans le fait qu’elles sont transitoires (il faut prendre en compte les technologies déjà en place et les technologies d’avenir) et multiples (trois niveaux de conformité) » introduit-il. Pour bien réussir un projet d’accessibilité, il faut d’abord définir précisément les utilisateurs cibles ? Un adolescent avec un PDA Wifi et un navigateur graphique ? Un aveugle avec un PC et un navigateur de synthèse vocale ? … « Mais les critères de réussite d’un projet d’accessibilité sont complexes. Les aspects purement techniques sont insuffisants. La hausse du trafic d’un site Web devenu accessible, donc véritablement universel, doit être mesurée après la mise en place du projet » poursuit-il.

« La méthodologie de projet doit s’appuyer sur un important travail en amont : les fonctionnalités doivent être précises et détaillées, les contenus structurés, l’ergonomie placée au cœur de la conception. Mais les tests sont aussi nombreux : test multi plate-forme (Internet Explorer sous PC et sous Mac, navigateur Opéra…), multi périphérique, multi logiciels d’accès et multi utilisateurs » explique Frédéric Dulac. De ce fait, le travail sur la structuration des contenus est important et doit être rigoureux : à chaque image sa description et son nom, à chaque texte, son titre, son thème, sa description, sa langue… « Lorsque le projet est mis en place, c’est dans l’alimentation du site en continu que le succès d’un projet accessibilité se démontre. La formation des webmestres et des contributeurs aux actions induites par l’accessibilité est indispensable. De même que le contrôle et la validation du respect de l’accessibilité avant publication » poursuit l’intervenant. « En ce sens, un projet accessibilité n’est jamais fini. De plus, une équipe doit continuer de veiller sur l’émergence de nouvelles normes sur l’accès à l’information, et les tests pilote sont à refaire régulièrement. Une longue marche, indispensable toutefois pour rendre votre site Web plus « Internet », c’est-à-dire plus universel, sémantique et responsable, les trois grands principes que défend le W3C » conclut-il.