A partir du printemps prochain commencera une phase de test de deux ans pour des bus intelligents et autonomes entièrement électriques chez nos voisins suisses.

La Suisse se met à l'heure du bus intelligent

Après les Pays-Bas qui ont commencé à tester un système de bus sans chauffeur dans la ville universitaire de Wageningen ce mois de novembre, c’est au tour de la Suisse de se mettre au goût du jour. Avec une capacité de 9 places par bus, peu de personnes devraient être pour le moment impactées par ce lancement mais c’est un premier pas vers la démocratisation de ce genre de transports. La première se fera dans la ville de Sion dans les zones piétonnes et touristiques. Afin d’éviter une prise de risque trop importante, la vitesse maximale autorisée de ces bus sera de 20 km/h et un bouton d’arrêt d’urgence sera aussi disponible à bord.   

A l’origine de ce projet, deux diplômés du Swiss Federal Institute of Technology ayant lancé leur start-up BestMile, c’est elle qui sera en charge des opérations derrière les bus intelligents de la ville même si ceux-ci seront au nom de la compagnie de bus suisse, PostBus. Les deux jeunes expliquent que leur système leur permettra de piloter leur flotte de véhicules autonomes à la manière d’une tour de contrôle avec les avions. 

Bus intelligent en Suisse(Image: DR)

Les autorités suisses en charge des transports précisent que les bus autonomes ne remplaceront jamais totalement les chauffeurs, ils viendront plutôt en complément pour desservir les zones non couvertes actuellement par le réseau. A l’heure de la montée en puissance des constructeurs automobiles sur le segment des véhicules autonomes, comme par exemple Nissan qui lance au Japon ses premières expérimentations de conduite sans chauffeur, il est finalement assez naturel que les transports publics prennent le train en marche. 

Rédigé par Constance Guyon
Journaliste / attachée de production