Cette fin d'année 2004 est placée sous le signe de la concentration dans le secteur logiciel. Nous retiendrons bien sûr la fusion entre Oracle et Peoplesoft, qui s'est finalement conclue la...

Cette fin d'année 2004 est placée sous le signe de la concentration dans le secteur logiciel. Nous retiendrons bien sûr la fusion entre Oracle et Peoplesoft, qui s'est finalement conclue la semaine dernière après 18 mois d'OPA. Ce mois de décembre retiendra peut-être également un autre rapprochement : celui de Symantec, auteur du célébrissime Norton, et de Veritas.

Le New York Times a dévoilé dans son édition de lundi que le premier serait entré en discussions pour acquérir le second il y a un mois. Le quotidien avance même un prix de rachat : 13 milliards de dollars, ce qui en ferait l'un des plus importants sur le secteur logiciel.

Symantec semble décidément insatiable. Cette année, il s'est déjà porté acquéreur de la compagnie américaine @stake , qui s'est spécialisée dans le conseil, l'audit des infrastructures sécurité de ses entreprises clientes et l'analyse des systèmes après intrusion extérieure. Autre proie de Symantec, en septembre : la société britannique Liric Associates , spécialisée elle aussi dans le conseil et l'expertise des besoins en sécurité informatique des entreprises.

Plus tôt dans l'année, au mois de mars, Symantec mettait la main sur le spécialiste des anti-spam Brightmail , pour 370 millions de dollars. Cette fois-ci, avec Veritas , Symantec s'offrirait une société qui aujourd'hui détient 40 % de parts sur le marché des solutions de sauvegarde et d'archivage des données. Surtout, Symantec pourrait continuer à élargir l'éventail de ses solutions sécuritaires.

(Atelier groupe BNP Paribas - 15/12/2004)