Malgré leurs succès sur le marché intérieur, les sociétés chinoises spécialisées dans l'électronique et les nouvelles technologies ont du mal à se globaliser.

Les entreprises chinoises IT grossissent si vite qu'elles sont en train de devenir trop grandes pour le seul marché chinois. Elles devraient donc rapidement chercher des débouchés sur les marchés extérieurs. Mais comme le montre un rapport financé par l'université Tsinghua à Pekin, la plupart de ces entreprises vont éprouver des difficultés à répercuter leurs profits à l'étranger. Les chercheurs ont étudié la productivité et les performances financières d'environ quarante-trois mille entreprises chinoises, publiques et privées, dans dix secteurs technologiques. Selon leurs résultats, la productivité de l'industrie chinoise dans ces secteurs a augmenté de plus de 10 % par an entre 2001 et 2006. Tant que la productivité augmentera plus vite que le coût du travail, les sociétés devraient rester très compétitives.
Une forte productivité
Leurs gains de compétitivité et l'amélioration de la qualité de leurs produits devraient continuer à propulser leur développement sur le marché intérieur, où leur part passera de 60 % en 2002 à 75 % en 2010. Toutefois, pour s'assurer d'un développement pérenne, ces sociétés doivent se lancer à la conquête de marchés étrangers, ce qui nécessite des compétences différentes et des dépenses supérieures. Lorsqu'une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies se globalise, elle doit en effet investir fortement dans la recherche et le développement. Elle doit également faire face à des coûts supérieurs en marketing: faire connaître sa marque, s'adapter à des consommateurs inhabituels, mais aussi commencer à recruter des talents à l'étranger, qui sont donc plus chers en main d'œuvre.
Recherche, marketing et main d'oeuvre
Alourdies par des coûts supérieurs, les sociétés technologiques chinoises dont les revenus annuels sont supérieurs à dix milliards de yuans font en moyenne 2,6 % de marge de profit tandis que celles qui gagnent entre un et dix milliards font en moyenne 4 % de marge. Le business technologique est à l'avant-garde de l'incursion de la Chine sur les marchés internationaux. Mais les compagnies qui souhaitent suivre les pas de pionniers tels que le fabricant d'ordinateurs Lenovo et le géant Telecom Huawei doivent donc juger si elles sont suffisamment fortes pour absorber le choc de coûts supérieurs et si elles ont la patience de subir un court déclin.