Une société finlandaise du nom de Viralg clame à qui veut l'entendre que sa technologie peut stopper 99 % des échanges illégaux de fichiers sur les réseaux peer-to-peer. Elle a déjà reçu la...

Une société finlandaise du nom de Viralg clame à qui veut l'entendre que sa technologie peut stopper 99 % des échanges illégaux de fichiers sur les réseaux peer-to-peer. Elle a déjà reçu la reconnaissance de BMG Finlande, qui affirme que grâce à cette nouvelle technologie, ses parts de marché en Finlande ont crû de 15 à 25 % depuis 2003.

Le principe promu par Viralg ? Le "hashage". Il s'agit d'introduire des morceaux de fichiers corrompus dans des fichiers sains échangés sur les réseaux. Lorsque les fichiers ainsi retravaillés sont téléchargés par les internautes, ces derniers tombent sur des morceaux de musique corrompus et inaudibles. Selon Viralg, la technologie fonctionnerait non seulement avec les fichiers musicaux, mais aussi avec les logiciels, les films et les jeux vidéo et sur tous types de réseaux P2P, même les plus récents.

Déjà pour Viralg, les ennuis commencent. L'artiste finlandais Pekka Sallinen a demandé à la police de Helsinki de mener des investigations sur la technologie développée par Viralg et défendue par BMG Finlande. Le musicien a posé la question de la légalité de celle-ci, en rappelant que dans son pays une loi interdit tout type d'interférence avec les réseaux de télécommunications et qu'une autre garantit le droit des citoyens à faire usage de la copie pour leur usage personnel.

Reste maintenant à attendre la décision de la justice finlandaise...

(Atelier groupe BNP Paribas - 22/04/2005)