La dernière étude sur le téléchargement via Internet vient d’être publiée, et elle est l’œuvre de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques). Selon l’organisation, qui...

La dernière étude sur le téléchargement via Internet vient d’être publiée, et elle est l’œuvre de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques). Selon l’organisation, qui compte aujourd’hui 30 pays membres, les fichiers logiciels et les fichiers images sont en passe de doubler les fichiers musicaux en termes de volume de téléchargement sur Internet. En 2002, la musique représentait 62,5 % des téléchargement totaux sur Internet. Cette proportion est passée à 48,6 % en 2003 au profit des vidéos et de la catégorie appelée par l’OCDE des « autres fichiers », qui comprend les logiciels et les fichiers images. En 2003, le téléchargement de films représentait 25,2 % du téléchargement total, contre 27 % en 2002, et de leur côté les logiciels et les images sont passés d’une représentation de 12,3 % des téléchargements en 2002 à 24,3 % en 2003 : leur part a donc doublé en l’espace d’une année ! L’industrie filmique a de quoi se ronger les sangs, d’autant qu’il ne manque aux fichiers vidéo que la possibilité d’une plus forte compression pour être largement plus téléchargés. Selon une seconde étude publiée par l’organisation qui classifie les films produits aux Etats-Unis (la Motion Picture Association), un internaute sur quatre a déjà téléchargé un film. L’on estime aujourd’hui que le téléchargement d’un film sur le web prend en moyenne une heure. Et si cette opération venait à se réduire significativement, grâce à de nouveaux moyens de compression ? Eh bien, les internautes sondés par la Motion Picture Association affirment avec une grande sincérité qu’ils téléchargeraient alors beaucoup plus ! Pour ce qui est des logiciels, l’Alliance des Fabricants de logiciels commerciaux (BSA) lançait déjà la semaine dernière un avertissement après publication des chiffres du téléchargement illégal de logiciels, qui ont encore augmenté en 2003 : dans le monde aujourd’hui, 38 % des logiciels utilisés ont été illégalement téléchargés (voir notre article du 08.07.2004). (Atelier groupe BNP Paribas – 12/07/2004)