Il est parfois étonnant de constater à quel point les nouvelles technologies recèlent un potentiel d’adaptation à nos habitudes de vie, nos coutumes et nos pratiques, fussent-elles les plus...

Il est parfois étonnant de constater à quel point les nouvelles technologies recèlent un potentiel d’adaptation à nos habitudes de vie, nos coutumes et nos pratiques, fussent-elles les plus anciennes possibles. Dans le domaine de la téléphonie mobile, il est des fournisseurs qui par exemple ont bien compris l’intérêt qu’ils avaient à faciliter la pratique religieuse de leurs abonnés. Des sociétés comme LG Electronics ou Ilkone Mobile Telecommunications (Dubaï) servent par exemple la population de leurs abonnés musulmans en enrichissant leurs téléphones et leurs services de nouvelles fonctionnalités : indication de l’orientation vers la Mecque, intégration de textes du Coran, d’un calendrier lunaire, de sonneries à consonance religieuse, etc. En Inde, un opérateur propose à ses abonnés d’envoyer par SMS leurs prières à des temples bouddhistes. Les catholiques peuvent quant à eux recevoir chaque jour par SMS la pensée du pape : le service est par exemple assuré aux Britanniques par l’opérateur Acotel. (Voir notre article du 23.12.2003). Et l’on imagine aisément que l’opération doit être bien lucrative, puisque le Vatican pense aujourd’hui à proposer un service de MMS, qui allierait textes, photos et vidéos du pape lors de son office hebdomadaire à la Basilique Saint-Pierre. Du côté des représentants de l’ensemble de ces religions, les avis divergent quand au bien-fondé de ces nouveaux services. Certains font remarquer que le paiement de ces services est absolument contraire à la morale religieuse et que l’expérience de Dieu ne peut se réaliser par texto… De l’autre côté, les défenseurs de ces nouveaux services avancent simplement que les textes religieux demandent d’utiliser tous les moyens possibles pour répandre la lumière divine. Une position qui n’est pas partagée par l’église catholique des Philippines, qui a dû interdire à ses prêtres la confession et l’absolution par texto ! (Atelier groupe BNP Paribas – 23/08/2004)